2017, l’odyssée du Comté dans l’espace

Thomas Pesquet fête ses 39 ans avec du Comté

Thomas Pesquet fête ses 39 ans avec du Comté

A l’occasion du séminaire consacré au lait ce soir, voici un extrait d’un article paru le 23 mai 2017 de notre ami Jacky Durand.

Non, mais on ne sait pas si vous vous rendez compte : on a mangé du comté dans l’espace, oui de notre fromage au lait cru culte auquel on biberonne depuis nos premières soupes de légumes du jardin, dans lesquelles il était râpé. OK, l’astronaute français Thomas Pesquet et ses potes de la Station spatiale internationale (ISS) n’ont pas dévoré une meule, mais quand même, 300 grammes de comté dégusté tout là-haut au-dessus du plancher des vaches (montbéliardes), ça le fait, et ça nous donne envie de déboucher un clavelin de vin jaune qui fait le bonheur des mets du «Haut», comme ils disent entre Mouthe et Saint-Claude.

Village

On est sur orbite depuis que l’on a découvert cette nouvelle intergalactique dans la dernière livraison des «Nouvelles du comté», le magazine des professionnels de ce fromage, qui nous en dit plus sur l’Odyssée du comté dans l’espace. Comme souvent en matière de bectance, c’est d’abord une histoire de femmes et d’hommes. «Ma nièce, Anne Mottet, est la compagne de l’astronaute Thomas Pesquet. Elle revient de temps en temps au village et a eu l’idée d’envoyer un morceau de comté à la Station spatiale internationale», raconte dans la revue Hubert Mottet, producteur de lait à comté à Plasne, dans le Jura

Analyses

fruitier espaceDans le plus grand secret, une première tentative a échoué au mois d’août dernier. A la fin du mois d’octobre, trois autres morceaux de comté ont été expédiés pour être analysés sous toutes les coutures au Centre national d’études spatiales (Cnes) de Toulouse puis à la Nasa. «Deux morceaux ont servi aux analyses, révélant que notre fromage ne comportait aucun risque pathologène», précise Hubert Mottet

Anniversaire

Le comté a donc pu décoller le 22 février de Baïkonour, au Kazakhstan, parmi les 2,5 tonnes de fret embarqué par le vaisseau-cargo inhabité russe Progress, qui s’est amarré le 24 février à la Station spatiale internationale. Pour son 39anniversaire, le 29 février, Thomas Pesquet a ainsi pu déguster du comté vieux de six-huit mois de la Fruitière du Plasne, mais également des macarons créés par Pierre Hermé, qui avait choisi la framboise car «son goût puissant plaît à tout le monde». (…)

Morilles

La gastronomie dans l’espace fait gamberger sous les toques, puisque depuis 2006, le chef multi-étoilé Alain Ducasse développe une série de recettes pour les astronautes. Son confrère Thierry Marx a lui aussi envoyé des plats festifs à l’occasion du vol de Thomas Pesquet, qui séjourne depuis le 20 novembre dans l’ISS. Au menu, un suprême de volaille aux morilles qui n’est pas sans rappeler la gastronomie franc-comtoise. On trépigne désormais à l’idée de voir nos astronautes déguster de la cancoillotte en tube.

En attendant, les producteurs de comté espèrent des retombées sur terre après avoir envoyé leur fromage dans l’espace. Pour Hubert Mottet, cette aventure peut servir toute la filière du comté. «Cela peut devenir un excellent argument pour convaincre les Etats-Unis sur les bienfaits et l’absence de danger de notre comté au lait cru !»

Jacky Durand

Bookmarquez le permalien.

FOOD 2.0 LAB : Articles récents

Les commentaires sont clos.

La FoodTech, c’est déjà en France

Légumineuses (1): approche communicationnelle de l’année internationale 2016

« Cultures Alimentaires et Territoires » – Anthropology of Food (vient de paraître)

Talleyrand et Rohani (Iran) : ustensiles et politique

Packaging : l’ingrédient secret qui ne se cache pas

Une vodka au brouillard de Californie : la FOG

L’obsésité, le diabète… et l’ours

« Terra Madre, Salone del Gusto » la nouvelle politique alimentaire de Turin

A la rencontre des légumineuses (2) : l’Epicurium

Gastronomie française au palais de l’Élysée