Le fast food américain peine en Inde

fast food india 2Rien ne va plus au pays des maharajas. Même le Maharaja Mac, le Big Mac en Inde, a du mal à se vendre. Au point où, si l’on en croit le « Wall Street Journal », la firme américaine d’Oakbrook (Illinois) a opté depuis janvier pour la galette de poulet plus épaisse avec un peu de piment jalapeño et de sauce pimentée habanero. Et la pièce maîtresse de sa relance dans un pays majoritairement végétarien : le Big Mac sans viande, mais avec du maïs et des brochettes de fromage. « L’appétit qui semblait illimité en Inde pour le fast-food, n’arrive plus à franchir un palier. De quoi refroidir les ambitions des McDonald, Pizza Hut, Kentucky Fried Chicken et autres, de compenser le ralentissement de la consommation en Occident et en Chine en tablant sur le marché de 1,2 milliard de consommateurs potentiels en Inde. »

Mais le ralentissement de la croissance est relatif. Selon la firme de consultants Euromonitor International, les ventes des chaînes de restauration rapide devraient atteindre cette année 107 milliards d’euros en Inde en hausse de 11 % par rapport à l’année dernière. En 2008, la croissance, cependant, était de 16 %. Reste que les leaders qui ont débarqué en Inde il y a plus de quinze ans sont en train de se réinventer avec comme objectif « éviter l’implosion de la demande qui a obligé Yum Brands Inc. (Pizza Hut, KFC, Taco Bell) à repenser ses investissements en Chine ».

En tout cas, Jubilant Foodworks Ltd. (Domino’s Pizza en Inde) estime que les deux dernières années ont été les pires. Cependant le journal américain ne mentionne pas la période où les fast-foods américains comme KFC se heurtaient à une très vive opposition en Inde. Mais cela était dans les années 1990.

______________

Source de l’article Les Echos, 24 mars 2016

Bookmarquez le permalien.

FOOD 2.0 LAB : Articles récents

Les commentaires sont clos.

Ces aliments dont le succès est une menace pour l’environnement

Une vodka au brouillard de Californie : la FOG

Whitewashing : le bon lait de Normandie pour les enfants syriens

Gastronomie diplomatique dans un boui-boui

Cuisine de l’été (2) – Manger des huîtres ? Petite leçon d’écologie

Noma au Japon (2): de l’émotion culinaire à l’expérience cinéphile, une injonction à la créativité

Talleyrand et Rohani (Iran) : ustensiles et politique

Les illusions des restaurants d’entreprise

Les délices de Tokyo

La vache qui rit qui pleure