Best sellers « français » livrés à domicile : sushi, pizza, tiramisu

Pour les mangeurs les moins mobiles, ceux qui aiment par-dessus tout leur cocon au domicile plutôt qu’un service de médiocre qualité au restaurant, Allo Resto by Just Eat fait un bilan 2016. Édifiant.

Dans les bagages des livreurs, rien de français. Cette « cuisine de sauces » comme on l’apprend dans les écoles de cuisine n’est pas faite pour être transportée mais servie à table. Du coup, les Japonais – sans jouer de la gonflette entrepreneuriale comme les firmes Mc.., Star.. et autres – se taillent une part croissante de la nourriture des jeunes Français mobiles et citadins. On comprend les Français déçus par des années Sandwiches catastrophiques qui ont fait le lit du Burger commandé aussi, en 2e position dans le best off, servi dans du carton, réchauffé au micro-ondes avant d’être mangé avec les doigts.

Bibimbap coréen

Bibimbap coréen

La pizza mondialisée par les Américains, cartonnée elle-aussi, encore désignée « conviviale » et « italienne » (sic) voisine dans le panthéon des produits industriels avec deux plats indochinois en cours d’industrialisation, le bœuf lôc lac (d’origine viêtnamienne et cambodgienne) et le bibimbap (d’origine coréenne). Qui migrent facilement grâce aux progrès de l’emballage (polystyrène expansé, plastique).

Enfin, pour la phase sucrée, exit les tartes des soeurs Tatin et autres flans, ce sont trois importations :  un italo-autrichien, le tiramisu, la suédoise tarte aux daims et le brownie anglais. Le tiramisu se prête très bien à l’industrialisation (gare à l’indigestion, comme ce fut le cas avec la crème brûlée). La tarte aux daims, elle, a été mondialisée par…. Ikea. Les daims (bonbons en suédois) sont dispersés sur une crème de lait concentré recouvrant une pâte d’amande sablée.

Le plus comique dans l’enquête est qu’on présente comme « nouvelle tendance culinaire plébiscitée par les Français » la « tendance » #Healthy ! Why not ? C’est  la valise dans laquelle Allo Resto by Just Eat fourre tout ce qui est bio, diététique, vegan et végétarien. On y voit des veggie burgers, des lasagnes végétariennes ou des bowls qui vont faire disparaître la bonne vieille assiette (et la fourchette avec). Que fait la Mission du patrimoine gastronomique ?

Ramenée à une année, les pics de consommation donnent au Nouvel An 2016 des plats japonais et thaï. Pour la Saint-Valentin, des mezze libanais, des risottos, du poulet Tandoori indien. Pendant la coupe d’Europe de football, rien ne détrône la pizza. L’étude ne comprenant aucun volet sociologique, il faudrait vérifier que les commandes sont faites par les mêmes catégories de population.

Schizophrènes, les Français ? Doucement, mais sûrement, ils se laissent guider par l’industrie, ses propositions sur applications et livraisons rapides. Pendant que monte un mouvement contestant ce modèle industrialo-marchand fait de modes, engouements et déceptions, qui constituent l’histoire surprenante des nourritures terrestres au pays qui a inventé le terroir.

Gilles Fumey est géographe de l’alimentation, professeur à l’Université Paris Sorbonne ; il est responsable du Pôle Alimentation, risque, santé à l’ISCC (CNRS) et dirige le Food 2.0 LAB.

__________

(1) Allo Resto by Just Eat

Bookmarquez le permalien.

FOOD 2.0 LAB : Articles récents

Les commentaires sont clos.

Obésité, surpoids en France : ce que nous dit la géographie

McDonald Trump, le fast food et la politique

Manger du nouveau, risquer de devenir autre

Pourquoi l’humanité est-elle carnivore ? Le Food 2.0 LAB a invité Florence Burgat

New York, Big Apple l’ogresse

Les gens de Dublin: la discrétion d’un repas testament…

Les restaurants, avenir du snacking ?

Urbainculteurs (1) : avez-vous votre « permis de végétaliser » ?

Le goûter, un repas de plus pour les Français ?

Turin capitale végétarienne, Berlin capitale végane…