Gilles Fumey   |  Enseignant - Chercheur


030

Il pratique l’approche géoculturelle pour décrypter l’actualité ou tout phénomène politique, économique, esthétique qui lui paraît caractérisé par sa spatialité.

Travaillant plus particulièrement sur l’alimentation, il la replace dans ces problématiques géo-culturelles. À l’aide de l’anthropologie sociale et de la sociologie comparée qui lui ont permis de tracer de grandes aires géo-alimentaires dans l’Atlas des cuisines et gastronomies (épuisé) et dans L’Atlas global (Les Arènes), il cherche à comprendre pourquoi les comportements des mangeurs restent très stables et ne sont orientés vers de nouvelles cuisines qu’à la marge. La prégnance des cultures est un considérable frein à ce que d’aucuns appellent la mondialisation de l’alimentation par l’industrialisation.

Ses travaux sur l’alimentation géographique de son habilitation à diriger des recherches (Manger local, manger global. L’alimentation géographique,  CNRS-Editions, 2010), permettent de comprendre, notamment, comment fonctionnent les repérages toponymiques dans le système cognitif des mangeurs, et pourquoi la planète alimentaire ne vit pas la mondialisation comme une uniformisation mais comme une nouvelle phase d’innovation culinaire et alimentaire.

Publications de Gilles Fumey sur le site de Sorbonne-Universités (mise à jour fin 2016)

Articles (sélection dans Libération)

Thèmes de recherche

  • Risques, santé, sociétés
  • Comportements alimentaires
  • Crises alimentaires, controverses
  • Gastronomie, food art
  • Ethique, environnement, bien-être animal
  • Politiques alimentaires, villes
Bookmarquez le permalien.

FOOD 2.0 LAB : Articles récents

Les commentaires sont clos.

Le culte des mangues en Chine

La Cantate du café (de J.-S. Bach) : quand l’Europe s’entichait du café

Les ciseaux génétiques CRISPR/Cas9 tranchent dans la filière viande

L’Alimentarium III : du musée physique au musée virtuel

Tim Cook, le PDG d’Apple, s’invite à déjeuner chez Odile et Pierre

Permis de végétaliser (3): la sémiotisation nourricière de nos villes

Réfugiés : la cuisine en partage

Les illusions des restaurants d’entreprise

Packaging : l’ingrédient secret qui ne se cache pas

Cuisine de l’été – Amertume du concombre. Petite leçon de physiologie végétale.