Isabelle Farbos   |  Chercheuse Affiliée


Isabelle Farbos est biologiste. Ses recherches portent sur l’épigénétique, en particulier sur les impacts de l’environnement sur l’expression des gènes. Après plusieurs années de recherche, dont une dizaine d’années en Suède,  elle est devenue experte en santé environnementale.

De retour en France, elle crée l’HSEN (www.hsen.org), une association de scientifiques qui accompagne les collectivités et les entreprises dans leurs démarches concrètes de santé environnementale. En particulier en matière de :

  • Nettoyage Sain, c’est à dire un nettoyage qui n’impacte pas négativement sur l’expression de l’ADN des occupants
  • Bâtiment sain, c’est à dire des bâtiment dont la qualité de l’air intérieur est respectueuse de la santé des occupants
  • Alimentation positive c’est à dire une alimentation qui permet la meilleure expression possible de notre patrimoine génétique
  • Cosmétique sains c’est à dire des cosmétiques sans perturbateurs endocriniens surtout pour les bébés
  • Maternité saine, c’est à dire un lieu qui respecte la santé des soignants et des mamans (qualité de l’air, cosmétique, alimentation…)
  • Cartable sain, c’est à dire de la fourniture scolaire qui ne dégrade pas la qualité de l’air intérieur .

Thèmes de recherche

  • Risques, santé, sociétés
  • Comportements alimentaires
  • Crises alimentaires, controverses
  • Nutrition, génétique, épigénétique
  • Politiques alimentaires, villes
Bookmarquez le permalien.

FOOD 2.0 LAB : Articles récents

Les commentaires sont clos.

Mac Do, le fast food et la morale

Cuisine de l’été – Amertume du concombre. Petite leçon de physiologie végétale.

Whitewashing : le bon lait de Normandie pour les enfants syriens

Zone de guerre et vie sur Mars : imprimante alimentaire 3D et survie en espace hostile

Traçabilité : l’origine France comme un avantage

Les restaurants, avenir du snacking ?

Les délices de Tokyo

Les boulangeries vont-elles disparaître ?

L’exposition « Impression 3 D » à la rencontre des nouvelles pratiques culinaires

L’Alimentarium III : du musée physique au musée virtuel