La Cité du Vin : carrefour et parcours d’interprétation libre

la-cite-du-vin-aux-couleurs-or-au-petit-matin-le-29_3500928_800x400Juin 2016. S’ouvre à Bordeaux un nouveau lieu, emblématique des politiques culturelles et patrimoniales actuelles: la Cité du Vin, exploitée par la Fondation pour la Culture et les Civilisations du Vin. Celle-ci veut rendre hommage, sur 3000m²,  tant aux vins locaux (et à ceux du monde entier) qu’aux viticulteurs qui adaptent, inventent, modèlent les paysages et y inscrivent leurs passions.

Cette Cité dont les principales missions sont de « valoriser et de transmettre au plus grand nombre le patrimoine culturel, universel et vivant qu’est le vin», est à la fois un lieu prenant place sur le site des anciennes forges du grand Port maritime de Bordeaux, une vitrine internationale mais aussi un « grand projet culturel urbain », ouvert sur les territoires : celui des vignobles du Bordelais et ceux de l’ensemble des vignobles du monde.

parcours_credit_Casson_Man_3Les parcours de découvertes proposées s’énoncent comme innovants, rompant avec les médiations classiques des lieux dédiés aux vins du moins les médias s’empressent de relayer, sans doute un peu rapidement cette vision. Un parcours immersif de visite autour de 20 espaces thématiques met en intrigue la culture du vin, ouvrant à des approches historiques (le vin en tant que patrimoine culturel, universel et vivant), géographiques (un voyage autour du monde, à la rencontre des cultures vinicoles), ludiques (expériences sensorielles, jeux de découverte). Sur 10 étages et au fil d’une série de dispositifs reliés (un parcours permanent, une exposition temporaire, des ateliers, des restaurants et boutiques, un Belvédère, etc.), le visiteur est invité à une expérience de visite privilégiant l’émotion et les sensations, les jeux d’échelle, les ateliers du goût, des sens et des arômes (cherchant ainsi à renouveler les rituels de dégustation). Les médiations numériques sont omniprésentes (un programme @vigne vous permettra ainsi de tout comprendre du travail sur le cep ; des témoignages d’experts filmés consolident vos connaissances scientifiques, des projections d’œuvres d’art évoquant le vin et l’amour vous inviteront au partage des mythologies, etc.). Une cité bien inscrite dans les tendances muséographiques du moment.

cite_3Le projet de la Cité du Vin s’inscrit dans une série : la Cité du vin a en effet connu plusieurs versions et métamorphoses, a été défendue par divers acteurs, a vu reformulés ses enjeux, ses missions, ses visions d’aménagement. Celle qui se présente à nous aujourd’hui est donc le fruit d’un délicat processus politique, économique, culturel et d’aménagement de 5 années : le dialogue organisé et en continu entre acteurs publics et acteurs privés, acteurs locaux et acteurs internationaux, l’interpellation des artistes et des habitants… semblent devenir les modalités de ces nouveaux lieux de culture dédiés à l’alimentation.

La dimension spectaculaire est au rendez-vous  : l’architecture, culminant à 55 mètres, signée par l’agence XTU, évoque par ses formes le vin, le changement des saisons de la vigne, le parcours proposé semble respecter la diversité culturelle, générationnelle, géographique des publics, favoriser des visites personnalisées et confortées par une offre documentaire a priori exigeante. Les médiations numériques évoquées auxquelles s’ajoutent : le site, le Bordeaux Portail Winetrip, le Compagnon de voyage, confortent cette volonté de donner au visiteur une liberté, une capacité à décider des conditions de sa visite à la Cité mais aussi de la ville et des terroirs alentours ainsi un espace information est proposé, il se veut point de départ pour une excursion, par le fleuve ou par la route, des vignobles du Bordelais.

La première exposition sera consacrée à l’artiste Isabelle Rozenbaum qui a suivi le chantier pendant trois années et présente au fil de 80 tirages photographiques un regard sur l’aventure de cette construction.

cdv2_1Projet phare pour le Tourisme à Bordeaux,  la Cité du Vin (qui pense recevoir dès sa première année 450 000 visiteurs) veut rivaliser avec le Museo Vivanco de la Cultura del Vino de Briones, dans la Rioja Espagnole mais en valorisant la dimension urbaine du vin, de la culture du vin, inscrite dans une ville historique aux sociabilités et à la convivialité propres. Elle devrait employer 250 personnes et se financer par la billetterie, par les loyers payés par les gestionnaires extérieurs (cave à vin, restauration, etc.), par les locations d’espaces, par la vente des produits dérivés que les visiteurs devraient acheter dans la boutique de la Cité (boutique dont la Fondation est responsable) mais aussi par le mécénat (géré par deux associations, l’une dédiée aux entreprises, l’autre aux amis de la Cité). Ainsi la Cité semble aussi vouloir être innovante dans cette autonomie annoncée.

CcILBYoUUAEjdMgIl est intéressant de s’attarder sur l’actuelle médiatisation du projet et du lancement annoncé : la Cité s’y dévoile à la fois via de bien séduisantes vidéos de promotion éditées par les exploitants du site emblématisant ce « vaisseau contemporain dédié au vin » mais aussi via des témoignages chiffrés ou de simples rumeurs sur ses coulisses (le coût des travaux, l’appel aux mécènes américains qui financent l’auditorium Thomas-Jefferson, les équilibres financiers problématiques du projet qui veut s’émanciper de toutes subventions, les tarifs déjà contestés par des associations d’habitants, etc.).

De prochaines visites nous permettront d’éprouver plus concrètement les promesses d’un lieu déjà approprié – pour le pire et le meilleur- par les internautes si l’on en croit les premières discussions en ligne (entre infaillible enthousiasme vis-à-vis d’un projet permettant de montrer Bordeaux et ses vins ‘autrement’ et dénonciation des coûts ou de la dimension marchande du projet). Une Cité qui porte bien son nom, invitant à court, moyen et long termes à des débats, des commentaires et des propositions (convenus ou insolites) dans l’espace public.

Dominique Pagès est membre du FOOD 2.0 LAB et chercheure au CELSA-GRIPIC- Paris Sorbonne.

Pour en savoir plus : La Cité du Vin | un monde de cultures

Bookmarquez le permalien.

FOOD 2.0 LAB : Articles récents

Les commentaires sont clos.

Le Chef : paradoxal héros des écrans ?

Le culte des mangues en Chine

Le fast food américain peine en Inde

Best sellers « français » livrés à domicile : sushi, pizza, tiramisu

McDonald’s la poisse ? Petite chronique italienne et japonaise

Géopolitique du dégoût : Manger des insectes en Occident ? Beurk !

L’exposition « Impression 3 D » à la rencontre des nouvelles pratiques culinaires

Gastronomie française au palais de l’Élysée

Le foie gras humain, ça ne se mange pas mais ça fait mal

Riz synthétique et oeufs artificiels venus de Chine