De la finance dans nos assiettes

On ne sera pas naïf au point de croire que le capital financier ne s’intéresse à nos assiettes que récemment. Les fortunes de l’industrie agroalimentaire et son bras droit de la grande distribution en témoignent. Pourtant, un vent chaud souffle depuis les banques sur les start-up de la Food tech. Et dans le courant d’air, on a repéré Breega Capital, dont le fondateur François Paulus vient de recevoir, selon Challenges (n°457) 11 millions d’euros de BPI-France. Une première pour ce fonds abondé par French Tech Accélération (BPI) doté de 200 millions d’euros.

Quésaco ? Breega Capital est né chez trois entrepreneurs qui ne se vantent pas d’avoir inventé la martingale de la nourriture de demain mais, selon François Paulus, d’avoir « copié le modèle américain« . A quoi sert ce fonds ? A amorcer un tour de table, ou à le compléter pour des entreprises qui atteignent jusqu’à 2,5 millions d’euros. Idée de sortir les start-up de ce qu’on appelait jadis « la vallée de la mort« .

Sans titrePour faire quoi ? Booster le marketing, conseiller les ressources humaines ou le développement. Dans la foodtech et le big data. Parmi les entreprises dans le portefeuille de Breega Capital, on trouve FoodChéri dont la « croissance est phénoménale« . Ou Nano-cloud spécialisée dans le stockage. Ou Click and Walk qui collecte des données marketing.

François Paulus se méfie de la bulle sur les start-up aux Etats-Unis. Même si les entreprises ont un business model. En Europe, les licornes sont encore sages. Mais il va falloir leur tenir la bride sinon, cela pourrait dégénérer. Ainsi parlent nos pythies modernes sur ce que nous offrirons chez soi, débarrassés des restaurants bruyants, ennuyeux et trop souvent décevants.

Bookmarquez le permalien.

FOOD 2.0 LAB : Articles récents

Les commentaires sont clos.

Smart food Paris: promesses institutionnelles et jeunes pousses de la Foodtech

Quand la Californie veut inventer la Food 2.0

Les ciseaux génétiques CRISPR/Cas9 tranchent dans la filière viande

Michel & Augustin, le bec dans le chaudron

Gastronomie française au palais de l’Élysée

« Je me fous d’Amazon qui rachète Whole Foods »

Fidel Castro obsédé par le lait

Le burger bientôt classé à l’UNESCO ?

Riz synthétique et oeufs artificiels venus de Chine

Permis de végétaliser (3): la sémiotisation nourricière de nos villes