La kébabologie pour les nuls

Doner Kebab, Istanbul

Doner Kebab, Istanbul

Considéré comme un symbole de la présence des musulmans en France par l’extrême droite, le kebab reste néanmoins un plat très prisé. Au point que le New York Times lui a consacré un reportage.

Depuis les cuisines du luxueux hôtel Mandarin Oriental, Thierry Marx (deux étoiles au Michelin) fait la guerre au racisme culinaire : il prépare le kebab. Cela fait plusieurs mois que des responsables du Front national (FN) vitupèrent contre cet emprunt particulièrement populaire à la cuisine orientale. Pour eux, la prolifération de ces échoppes aux rôtissoires verticales n’est rien moins qu’une menace pour l’identité nationale.

“J’ai grandi dans un quartier difficile de Paris avec  des immigrés d’une centaine de nationalités, explique Thierry Marx, qui dirige également une école de street food dans l’est de la capitale. Tout le monde n’apprécie pas que je fasse ce genre de cuisine, mais les symboles sont importants pour moi. La street food est un moteur d’intégration.”

Pierre Raffard, kébabologue au Festival de géographie de Saint-Dié (2012)

Pierre Raffard, kébabologue au Festival de géographie de Saint-Dié (2012)

Il faut reconnaître que le kebab du chef, qu’il sert parfois pour le brunch dominical, relève plus de la création gastronomique que du fast-food : les tranches de selle d’agneau sont roulées dans des miettes de pain avec du cumin et sautées dans du beurre et de l’huile avec des herbes et des morceaux de fruits séchés. Le tout est servi accompagné d’un houmous crémeux, d’une sauce au yaourt et au concombre et d’un pain pita moelleux à la semoule.

Hommes barbus et femmes voilées – La “kebabophobie” est d’abord apparue en France dans des blogs de militants d’extrême droite en 2013 avant de s’inviter dans les campagnes électorales locales et européennes du printemps dernier. “Ces attaques n’ont rien à voir avec la gastronomie, affirme Philippe Faure, responsable au ministère des Affaires étrangères de la promotion du tourisme et de la gastronomie française. C’est une manipulation de la gastronomie à des fins politiques. C’est du racisme pur et simple.”*

Kebab 44

 

Suite de l’article …

Source de la photo de couverture : Our

Bookmarquez le permalien.

FOOD 2.0 LAB : Articles récents

Les commentaires sont clos.

Tartufferie dans la nutrition scientifique

Les industries surveillent le lait sur le feu

Pokémon Go : lubie ou véritable outil pour une Food 3.0 ?

Mangez 5 fruits 5 légumes… Des haricots verts pas très nets

Perrette a perdu son pot au lait

F… sugar !

Sans gluten, ni lait, ni sucre : pourquoi parler d’obsession ?

Réalimenter Masséna : l’invitation gourmande et créative, derniers jours !

Du vin sans raisin, ou « note à note »

Parcours gourmands (1) : énonciations et médiations renouvelées