Les Bretons pratiquent le « binge drinking »

bière nourrissanteLa Bretagne, restée égoïstement plantée sur sa presqu’ile dans l’affaire des régions, est un cas de géographie alimentaire pour moult sujets : crêpes de sarrasin, beurre en abondance, pas de cuisine aux algues (comme le Japon), élevages industriels, absence de fromage de terroirs…  et biture express.

Cette expression (les Anglo-Saxons traduisent par « binge drinking« ) décrit une réalité bretonne exposée à Rennes (Champs libres, jusqu’au 30 avril 2016) : Boire. Dans ses manifestations populaires, l’eau-de-vie et le vin coulent à flots, mais seulement là. Le reste du temps, la Bretagne reste sobre.  «La réputation d’ivrognerie des Bretons est née au XIXe siècle, avec toute une imagerie où on les voit en état d’ébriété avancée, confirme Céline Chanas, directrice du musée de Bretagne aux Champs libres et commissaire de l’exposition. Mais ces scènes, qui stigmatisent aussi des populations pauvres et rurales, sont liées à des épisodes alcooliques particuliers et espacés dans le temps, les noces, les foires, les pardons. Dans la vie quotidienne, on ne boit pas.» (1)

L’exposition est stupéfiante : On voit un dessin figurant une « leçon d’ivrognerie » donnée par des parents à un enfant de 7-8 ans. «Les enfants sont accompagnés, il y a une forme de transmission qui n’existe plus aujourd’hui, pour distinguer la bonne et la mauvaise ivresse, celle qui rend agressif», commente Céline Chanas (1). La réputation de la Bretagne est si sombre que les enfants, sur les caricatures, réclament des bolées de cidre aux touristes plutôt que des bonbons…

Ivresses au cours des 12 derniers mois à 17 ans en France métropolitaine

Ivresses au cours des 12 derniers mois à 17 ans en France métropolitaine

«Nulle part au monde, on ne compte plus d’ivrognes de l’un ou l’autre sexe qu’en Bretagne», affirme en 1850 un certain Armand du Chatellier (1).  De l’avis de Pierre-Henri Allain, la biture épisodique se me « en des tendances alcooliques avérées ».  «La Bretagne, championne du monde de l’alcoolisme», annonce en 1977 un article du Peuple breton.

L’exposition montre aussi que la Bretagne a pris conscience des méfaits de l’alcool comme la France entière fin XIXe siècle. L’Alcool voilà l’ennemi est un tableau qui classe les boissons en « bonnes », « naturelles » comme la bière, le… cidre et le vin. Et demande déjà d’écarter les « alcools industriels ». «Le vin est alors considéré comme un aliment qui permet de lutter contre l’alcoolisme, en faisant baisser la consommation de spiritueux», souligne dans Ouest-France Thierry Fillaut, historien et spécialiste du boire en Bretagne (1).

Maintenant, les statistiques qui mettent la Bretagne en 8e position pour la consommation nationale sont à examiner de très près. Les bistrots ont disparu, certes, mais les rayons des centres Leclerc sont très garnis… Faut-il pleurer les estaminets ?

L’exposition ne se pose pas la question de la différence entre les pays du vin et ceux du cidre et de la bière. Dans les pays du vin, plutôt latins, où l’on boit aux repas, l’alcool n’est pas un sujet ni un problème en fin de semaine comme partout dans l’Europe du Nord qui, pour cette affaire-là, commence… en Bretagne

———-

(1) « La Bretagne fait sauter le bouchon », Pierre-Henri Allain, Libération, 19 mars 2016

Pour avoir une autre idée du sujet, nous avions publié un autre article : Rennes et sa rue qui donne soif que l’on pourra déguster avant une mise à jour (2015) de P.-H. Allain.

D’après un rapport de l’Organisation mondiale de la Santé, la France se classe Derrière la Moldavie (19,2l) et la Russie et ses 15,7 litres par habitant et juste devant l’Angleterre (13,4l) et la Pologne (13,3l). Mais malgré ces statistiques, l’OMS précise que le taux de mortalité du à l’alcool augmente de manière significative en fonction de l’alcool consommé. Ainsi ce ne sont pas forcément les pays qui consomment le plus qui connaissent le plus haut taux de mortalité. On meurt 5 fois plus de maladies dues à l’alcool en Russie qu’en France.

Bookmarquez le permalien.

FOOD 2.0 LAB : Articles récents

Les commentaires sont clos.

La Corée du Sud s’entiche du pain (trophée de la coupe du monde de la boulangerie)

La gastrocosmétique de Kentucky Fried Chicken (KFC) : du vernis à ongles à lécher

Bravo, les cuistots migrateurs !

Malbouffe en Israël : c’est la guerre !

Les Français mangent mal : pourquoi donc ?

Canardage de la dinde de Noël

Petite tambouille géopolitique de l’alimentation sucrée

Réfugiés : la cuisine en partage

Nomad’Yo, un yaourt végétal français

Les Bretons pratiquent le « binge drinking »