McDonald’s la poisse ? Petite chronique italienne et japonaise

Rien n’y fait. McDo a beau »s’adapter » en introduisant dans ses « restaurants » les cafés, les sandwiches aux produits de terroir, les filières locales, les écrans tactiles, il n’est toujours pas bienvenu dans les villes européennes. Les analystes diront que la firme se porte plutôt bien, que la France serait un bon plan pour les affaires (mais pas très facile à vérifier), que le nombre de McDo ouvrant leurs portes (en fanfare) est supérieur à ceux qui ferment (en catimini) : le même scénario que celui d’une implantation à Rome sur la Piazza di Spagna se reproduit à Florence au pied du Duomo de Brunelleschi. Les Florentins n’en veulent pas. L’affaire de Rome avait donné naissance à Slow Food. Que va-t-il advenir de l’opposition à Florence ?

Cette bataille entre deux conceptions de la nourriture et, plus simplement, de l’urbanité qui ne saurait se résumer à faire des villes de vastes supermarchés de boutiques de vêtements et de nourriture, résume bien la conception qu’ont les Américains de la liberté d’entreprendre. Tout est bon pour arriver à ses fins : être présent là où il y a le plus de chalands. La Piazza del Duomo à Florence, classée au patrimoine mondial, a été protégée depuis le début 2016 au titre du fait qu’il s’agit d’un « centre historique ». Ce qui interdit les restaurants utilisant des produits industriels pour donner l’avantage à ceux qui servent de la cuisine italienne et locale. McDo avait déjà essayé en 1989, demandant une dérogation pour être sur la place, en contournant les mesures destinées à le contraindre. Quésaco ? Le service se fait à table, des produits locaux sont proposés dans les « menus ». Il est même question comme chez Eataly, initiée par Slow Food, d’un « espace culturel », représenté notamment par une librairie. Réponse le 5 juillet 2016 : c’est non !

(en Une : le Lampredotto, une spécialité culinaire de Florence

(en Une : le Lampredotto, une spécialité culinaire de Florence

Le maire, Dario Nardella, ne veut plus de fast food et de supérettes. « Pour sauvegarder la tradition et l’identité de la ville ». Des pique-niques ont eu lieu le 13 juillet sur la place du Dôme : une opération baptisée Lampredotto Pride. Le lampredotto est une spécialité culinaire, de tripes farcies entre deux tranches de pain, pouvant comme un hamburger, se manger dans la rue. « Apportez un plat typique de la Toscane ! Nous apporterons de la panzanella [une salade à base de pain et de tomates]. Qui se charge de la soupe de tomates ? Qui apporte les tripes ? Et le lampredotto ?

La guerre de Troie n’aura peut-être pas lieu mais la bataille culturelle de l’alimentation en Europe est loin d’être terminée.

Mais au Japon, selon un article diffusé par Asialyst, McDonald’s a plus d’une corde à son arc.

Le phénomène Pokémon Go a débarqué au Japon  le 22 juillet 2016. Un partenariat a été conclu avec McDonald’s pour que les enseignes servent d’arènes et de PokéStops.

PokemonLe pays qui a vu naître Pikachu, Bulbizarre et tous leurs congénères Pokémon a accès à son incarnation vidéo-ludique. L’application Pokémon Go a été lancée faisant de l’archipel le premier pays d’Asie à pouvoir accéder officiellement au jeu de réalité virtuelle. Un jeu qui bat tous les records de téléchargement dans chaque pays où il passe, révèle le site internet Mashable.

De son côté, McDonald’s a coupé court à la rumeur en confirmant l’accord de partenariat avec Pokémon Go. Environ 400 restaurants serviront ainsi d’arènes Pokémon, tandis que les 2 500 autres se constitueront en PokéStops. Jusqu’à présent, Pokémon Go a été un franc succès pour ses créateurs.

Gilles Fumey est géographe de l’alimentation et dirige le Food 2.0 LAB avec Richard C. Delerins et Christophe Lavelle.

Bookmarquez le permalien.

FOOD 2.0 LAB : Articles récents

Les commentaires sont clos.

Figures du Chef Cuisinier : l’éventail des possibles

Les boulangeries vont-elles disparaître ?

« Food Coop » au-delà du film : défis urbains et aventures humaines

La kébabologie pour les nuls

Manger du nouveau, risquer de devenir autre

Perrette a perdu son pot au lait

McDonald’s la poisse ? Petite chronique italienne et japonaise

L’obsésité, le diabète… et l’ours

Si vous êtes invités à la Maison blanche…

Whitewashing : le bon lait de Normandie pour les enfants syriens