Au menu : à Paris, insectes et à Los Angeles, serpents à sonnettes

Tous les étudiants en alimentation apprennent que manger est un acte compliqué. Qu’il y faut de la confiance mais aussi une forme de prise de risques. L’excellent site de Franck Pinay-Rabaroust, Atabula, nous invite à plusieurs découvertes. Nous en proposons deux. Allez déguster les autres sur l’article source.

Rattlesnake Sausage at Wurstküche (Los Angeles)

Rattlesnake Sausage at Wurstküche (Los Angeles)

Voici à Los Angeles une saucisse de serpent à sonnettes.

On soupçonne, au départ, une communauté allemande réclamant des Bratwurst. Mais le goût du grillé s’est déplacé dans une préparation de viande de serpent à sonnette, avec du lapin, l’ensemble tartiné au piment jalapeño. Ou alors vous pourrez commander un hot dog de faisan aux herbes de Provence.

A Paris, au Festin nu, célèbre bar de la colline de Montmartre, on peut croquer des sauterelles et vers de farine pour suivre « ainsi les recommandations des Nations Unies, qui font depuis quelques années la promotion des insectes en tant que base de protéines alternative à la viande. » (Atabula). Pour les pays d’Asie du Sud-Est et d’Afrique sans gros bétail, les sources protéiques viennent des insectes. Quel goût ? Celui d’un croissant salé, grillé, croustillant et un léger goût d’arachide.

« Qui n’aura pas englouti une assiette d’insectes à 50 ans aura raté sa vie de gourmet. » (F. Pinay-Rabaroust)


Pour continuer l’aventure avec un gâteau de gouttes de pluie, passez chez Franck

Bookmarquez le permalien.

FOOD 2.0 LAB : Articles récents

Les commentaires sont clos.

Cuisine de l’été – Grillade le midi, grillade le soir : Petite leçon de nutrition

Best sellers « français » livrés à domicile : sushi, pizza, tiramisu

L’excès au banquet ? Le cas du supra géorgien

Zone de guerre et vie sur Mars : imprimante alimentaire 3D et survie en espace hostile

Sushi : quand les Japonais s’invitent à nos tables

Danone, l’agroalimentaire sauce-Macron

La vache qui rit qui pleure

Plutôt crus ou cuits, vos tardigrades ?

Noma au Japon (2): de l’émotion culinaire à l’expérience cinéphile, une injonction à la créativité

Permis de végétaliser (2) : de la ville verte à la ville vivrière