Gastronomies, Systèmes culinaires, Food Art

homardDéfinie au XIXe siècle en France comme « l’ensemble des règles qui définissent l’art de faire bonne chère« , la gastronomie s’est développée grâce à Brillat-Savarin et son inimitable Physiologie du goût parue en 1825. Elle précède toute la science des systèmes culinaires qui dépassera de loin tout ce que les grands auteurs de recettes avaient écrit depuis la Renaissance. Elle prend appui sur un art de montrer ce qu’on mange comme une « épreuve » au sens photographique du terme.

Tel ce majestueux homard de Jan Fijt (Rotterdam, musée Boymans-Van Beuningen) qui confronte sa couleur rouge au bleu de la porcelaine, mais rappelle aussi combien ce crustacé de la mer du Nord, objet de luxe comme le citron, est bien plus qu’une curiosité : un attribut de l’inconstance. Et sans atteindre les vertiges de l’art flamand, toutes les gastronomies du monde revendiquent un message artistique, tel ce food art japonais, présenté comme une part du chemin qui mène aux goûts et aux saveurs. Reste à penser l’art comme une médiation culturelle des aliments qui donnent à ceux qui la pratiquent un pouvoir de création infini et respecté.

 

 

 

Articles récents

L’art prend son pied dans le plat, de Clémentine Mercier, Libération, 18 mars 2016
Des goûts, de Clémentine Mercier, Libération, 26-27 mars 2016

Il n’est ni brouillé ni minute et encore moins cocotte. L’œuf est miroir et s’invite partout. De la publicité à l’art en passant par la photo, il prolifère dans notre champ visuel chargé de symbolique et d’interprétations en tout genre. (La suite ici)

La gastronomie, un argument touristique en plein essor, de Clotilde Briard, Les Echos, 16 mars 2016

Les commentaires sont clos.