De la souillure – Essai sur les notions de pollution et de tabou

souillure Au XIXe siècle, on distinguait les religions primitives des grandes religions de la planète sous deux aspects. En premier lieu, les religions primitives seraient inspirées par la peur ; en second lieu, elles seraient inextricablement liées aux notions de souillure et d’hygiène : les primitifs étaient, disait-on à l’époque, convaincus que ceux qui par inadvertance traversaient quelque ligne interdite étaient victimes d’effroyables catastrophes.

Mais les anthropologues qui, comme Mary Douglas, ont pénétré plus profondément dans ces cultures primitives ne trouvent pas trace de cette peur. L’hygiène, en revanche, se révèle une excellente piste si nous savons la suivre en profitant des connaissances que nous avons de nos propres sociétés : plus nous connaissons les religions primitives, plus il nous apparaît qu’il y a, dans leurs structures symboliques, une place pour la méditation sur la saleté qui est aussi une réflexion sur le rapport de l’ordre au désordre, de l’être au non-être, de la vie à la mort.

Mary Douglas, anthropologue, a enseigné aux universités de Londres, Columbia, Northwestern et Princeton. Ses travaux d’africaniste lui ont valu la « Memorial Medal du Royal Institute ». Elle a publié une quinzaine d’ouvrages, dont De La souillure (Maspero, 1971 ; La Découverte, 1992, 2002), un des classiques de l’anthropologie, et d’autres titres consacrés à la logique des catégories de pensée (Natural Symbols, 1970 ; Implicit Meanings, 1975), au rapport de nos sociétés au risque (Risk and Culture, avec Aaron Wildavski, 1982) ou à la consommation (The World of Goods, avec Baron Isherwood, 1979).

Commander le livre
Food 2.0 LAB en partenariat avec Amazon

Du même auteur –

               

Bookmarquez le permalien.

FOOD 2.0 LAB : Articles récents

Les commentaires sont clos.

Quoi de neuf au rayon emballage ?

Noma au Japon (2): de l’émotion culinaire à l’expérience cinéphile, une injonction à la créativité

Le tourisme vers les savoir-faire agro-alimentaires

Le Chef : paradoxal héros des écrans ?

Musique et Art culinaire : les rhapsodies du goût (3/3)

La course aux « saveurs »

« Food Coop » au-delà du film : défis urbains et aventures humaines

Cuisine de l’été – Amertume du concombre. Petite leçon de physiologie végétale.

« Lever matin n’est point bonheur. Boire matin est le meilleur » (Rabelais)

Parcours gourmands (1) : énonciations et médiations renouvelées