Ethnik ! Le marketing de la différence

ethnik  » Dis-moi ta couleur et je te dirai qui tu es « , tel est le mantra, au XXIe siècle, des as du marketing. Ethnique ou multiculturel, le marketing a donc de beaux jours devant lui dans une Amérique plus que jamais colorée où Hispaniques, Afro-Américains et Asiatiques représentent plus de 30 % de la population. La notion de  » melting pot  » est un concept enterré : dans l’Amérique de l’ethniquement correct, il n’est plus question de brasser les Américains en prônant la consommation de masse, bref de convertir les non-blancs aux goûts de la majorité blanche, mais de reconnaître et valoriser la spécificité de chacun. Mieux, à l’heure où les goûts des populations ethniques sont érigés en tendances, ces dernières influencent les masses. Installée à San Francisco depuis dix ans, journaliste indépendante, Anne Sengès se penche sur un véritable phénomène de société. Elle dissèque le pourquoi et le comment du marketing ethnique aux États-Unis en interrogeant les acteurs qui permettent au genre de fleurir : marketeurs, publicitaires et sociologues décryptent le fonctionnement du marché dans ce livre-enquête qui étudie également l’émergence du marketing ethnique en Europe, notamment en France.
Sommaire :
  • L’AMERIQUE DU MARKETING ETHNIQUE
    • Le nouveau visage de l’Amérique
    • Des droits civiques au marketing ethnique : un instrument d’intégration sociale ?
    • Des consommateurs modèles et des faiseurs de tendance
    • Chez les faiseurs de marketing ethnique
    • Les dérives du marketing ethnique
    • Le marketing communautaire
    • L’Amérique multiculturelle de plus en plus difficile à cerner
  • LA FRANCE DU MARKETING ETHNIQUE
    • L’Europe du marketing ethnique
    • L’exception française : les obstacles au marketing ethnique
    • Le communautarisme à la française

Commander le livre
Food 2.0 LAB en partenariat avec Amazon

Du même auteur –

Bookmarquez le permalien.

FOOD 2.0 LAB : Articles récents

Les commentaires sont clos.

Vive le gaspillage ?

Houellebecq, bec fin

La course aux « saveurs »

Quand Léonard de Vinci était végétarien

Les Français changent-ils leurs habitudes de petit-déjeuner ?

Permis de végétaliser (3): la sémiotisation nourricière de nos villes

Presbyosmie : humez tant qu’il est temps !

Les gens de Dublin: la discrétion d’un repas testament…

Perrette a perdu son pot au lait

Fidel Castro obsédé par le lait