Géopolitique du goût : la guerre culinaire

géopo du goûtLa guerre culinaire : cet ouvrage présente une vision nouvelle de la planète culinaire, en propose une interprétation historique en relation avec les grands mouvements d’expansion des peuples : colonisation espagnole de l’Amérique, islamisation de la cuisine orientale, influence de la cuisine décorative de l’Ancien Régime…
La situation culinaire actuelle révèle la scène internationale du goût pour ce qu’elle est réellement : un espace de forces où les puissances poussent leurs productions, leurs techniques, leurs conceptions et leurs idées sur la diététique. Ce livre met en lumière la dimension géopolitique de l’alimentation.

Sommaire

Première partie : la raison culinaire

  1. Aux origines de la cuisine
  2. Les bonnes histoires de l’Orient
  3. Toutes les cuissons du monde
  4. Sur les chemins de Mexico

Deuxième partie : les forces d’expansion

  1. Les premières zones de richesse
  2. Les fantômes de la cuisine arabe
  3. L’empire des protéines
  4. Les fast-foods du Grand Turc
  5. La nouvelle planète alimentaire
  6. Le théâtre culinaire français

Troisième partie : dans la tête des mangeurs

  1. Le savoir par la saveur
  2. À l’assaut de la montagne chinoise
  3. La science qui nourrit
  4. Le parti moral anglo-américain
  5. La société libérale-diététique

Conclusion : la guerre culinaire

Mots clé : géopolitique, colonisation, histoire, commerce, mondialisation

Commander le livre
Food 2.0 LAB en partenariat avec Amazon

Du même auteur –

Bookmarquez le permalien.

FOOD 2.0 LAB : Articles récents

Les commentaires sont clos.

Retour du local : une légumerie en Ile-de-France

Le Chef : paradoxal héros des écrans ?

Sushi : quand les Japonais s’invitent à nos tables

L’excès au banquet ? Le cas du supra géorgien

Quoi de neuf au rayon emballage ?

Tartufferie dans la nutrition scientifique

Manger ! au Forum des images (Paris), du 2 mars au 4 avril 2016

Du poulet de laboratoire ?

Parcours gourmands (1) : énonciations et médiations renouvelées

Les Bretons pratiquent le « binge drinking »