Le Goût du Chocolat : L’art de vivre au siècle des Lumières

choc Ce chapitre gourmand de l’histoire des mentalités jette un regard friand sur les arts de la table et les nouvelles pratiques culinaires de l’Europe du XVIIIe siècle. Piero Camporesi entraîne le lecteur dans une promenade à travers le paysage sensuel de la cuisine des lumières. L’exotisme et la légèreté succèdent à la barbarie des tablées graisseuses afin d’exalter la finesse des corps. Sous sa plume, la lumière douce des chandeliers anime le chatoiement des couleurs et le ballet des mets. Tel un voyageur gastronome, il présente à travers une myriade de textes inédits les tables modernes et leurs délicieux ordres géométriques. Le raffinement et la sensualité des sociétés galantes s’incarnent dans ce goût du chocolat, auquel on prête les vertus les plus fantaisistes.

Historien de la littérature italienne, essayiste, professeur à l’université de Bologne, Piero Camporesi (1926-1997) a publié en français une série d’essais majeurs sur l’imaginaire de l’époque moderne : La Chair impassible ; L’Officine des sens : une anthropologie baroque ; La Sève de la vie : symbolisme et magie du sang ; Le Pain sauvage : l’imaginaire de la faim, de la Renaissance au XVIIIe siècle ; Les Baumes de l’amour ; Les Belles Contrées : naissance du paysage italien.

Mots clé : chocolat, sensualité, imaginaire, histoire des mentalités, raffinement

Commander le livre
Food 2.0 LAB en partenariat avec Amazon

Du même auteur –

                       

Bookmarquez le permalien.

FOOD 2.0 LAB : Articles récents

Les commentaires sont clos.

Pourquoi les insectes nous fascinent

Et pan sur la tomate !

Tim Cook, le PDG d’Apple, s’invite à déjeuner chez Odile et Pierre

McDonald’s la poisse ? Petite chronique italienne et japonaise

Fidel Castro obsédé par le lait

L’avenir agricole du «bon goût aveyronnais»

Pour bien vous marier, mangez bien !

La Cité du Vin : carrefour et parcours d’interprétation libre

Les gazelles aiment-elles les sodas ?

Obésité, surpoids en France : ce que nous dit la géographie