Réalimenter Masséna : l’invitation gourmande et créative, derniers jours !

realimenter-massena-lina-ghotmeth-dgtL’exposition intitulée « Réinventer Paris » qui se tient jusqu’au 8 mai au Pavillon de l’Arsenal présente de manière finement documentée les projets lauréats d’un appel lancé en 2015 à l’initiative de la Mairie de Paris pour « imaginer et construire la ville de demain». 21 sites répartis sur l’ensemble du territoire parisien ont été choisis pour que les équipes engagées requalifient ou inventent des lieux cristallisant les valeurs actuelles de l’économie,  collaborative et circulaire, créative et solidaire.

Nous vous invitons à y aller avant sa clôture d’autant plus que, parmi les projets lauréats, certains constituent de belles invitations à penser autrement l’alimentation, les arts culinaires et la gastronomie.

reinventer-paris-quel-coup-de-genie,M301132Parmi eux le projet Réalimenter Masséna qui se voudrait un lieu unique « pour s’alimenter demain, de la fourche à la fourchette, de la terre au produit ». Un lieu central où l’on pourrait expérimenter et partager en temps réel les dimensions des recherches en cours, où tous les aspects de l’alimentation seraient développés. La ressource alimentaire et les moyens de pérenniser la végétalisation en milieu urbain seraient au centre de ce lieu, visualisé de manière enjouée et ludique mais aussi ouverte à divers regards et interprétations. Le programme proposé consiste à rendre l’alimentation sensible dans le paysage urbain et à apporter un cadre d’exercice pratique à l’écologie urbaine. L’alimentation, au cœur donc de la programmation, deviendrait objet à la fois de débats, de réflexions communes sur les pratiques quotidiennes et les enjeux alimentaires contemporains et de nouveaux services et médiations. En cela il se rapproche du projet La Ferme du Rail sur le site Ourcq Jaurès qui se voudrait lui aussi un lieu d’échanges et de rencontres dédié à l’Agriculture urbaine, de formation et de production.

Pag 1D’autres projets devraient aussi vous intéresser par leur positionnement et leur présentation scénographiée: ainsi pour le site Morland les projets «Immeuble Pluriel » et «Mixité Capitale » qui intègrent un foodloft, un grand marché réunissant 25 îlots de commerce de bouche de qualité et un jardin potager ; pour le site de l’Hôtel de la Bûcherie, le projet Philanthro Lab qui comporte un restaurant ‘mécénal’ ; pour le Site Pershing, le Projet « Mille Arbres » qui ouvre à un parc, berceau de la biodiversité pour créer du lien; enfin, au Nord Est Parisien, le projet « L’Ilot fertile » qui ouvre à un programme mixte intégrant maraîchers, cuisiniers, street food et ferme urbaine.

Un projet non lauréat (sur le site de l’Hôtel de Coulanges) nous a singulièrement intéressée: la « Villa des arts et de la gastronomie », projet proposé par une équipe hybride en termes de compétences et intégrant notamment  Thierry Marc, TOPAGER, CARES et Mathilde de l’Ecotais (direction artistique). Ce projet (non distingué mais bel et bien exposé) se fonde sur un concept ‘librement inspiré’ de la Villa Médicis de Rome, axé sur la gastronomie : la « Villa des arts et de la gastronomie », évoquant aussi sur le mode confidentiel les Cités de la Gastronomie à venir, se présente comme un lieu hospitalier et stimulant où résidents (jeunes cuisiniers, artistes, chercheurs) et visiteurs questionnent ensemble l’alimentation dans une perspective « créative ». Un lieu d’exposition de mise en scène, de performances culinaires offrant comme la plupart des projets cités une programmation d’évènements pluri-sensoriels mais aussi de restauration bistronomique (restaurant tenu par un chef « en devenir »).

691323HDREINVENTERPARIS002L’ensemble de ces propositions aux visuels utopiques donnent néanmoins des pistes tangibles et contrastées pour penser concrètement la ville de demain : agriurbaine, fertile, gourmande mais aussi les Cités de la gastronomie dont l’ouverture, rappelons le, s’échelonnera de 2018 à 2024 nous annonce t’on. Penser les lieux et les temps de la gastronomie de demain, un immense chantier intellectuel, architectural et citoyen donc…

 

Dominique Pagès est membre du Food 2.0 LAB et enseignante-chercheure au CELSA-GRIPIC, ISCC – Paris Sorbonne.

Pour en savoir plus : Reinventer Paris – projets urbains innovants

Pavillon de l’Arsenal, 21 Boulevard Morland, 75004 Paris

Bookmarquez le permalien.

FOOD 2.0 LAB : Articles récents

Les commentaires sont clos.

L’exposition « Impression 3 D » à la rencontre des nouvelles pratiques culinaires

Into the Wild: la cuisine du (gros) gibier

Le réchauffement climatique à toutes les sauces

Journée internationale de la bulle

Cuisine de l’été – Grillade le midi, grillade le soir : Petite leçon de nutrition

Coca Cola et les petites affaires de Yasser Arafat à Gaza

Président : je suis un camembert qui ment

Noma au Japon (2): de l’émotion culinaire à l’expérience cinéphile, une injonction à la créativité

Fidel Castro obsédé par le lait

Légumineuses (1): approche communicationnelle de l’année internationale 2016