Riz synthétique et oeufs artificiels venus de Chine

Source de l'image : http://www.epochtimes.fr/comment-chimiques-artificiels-13758.html

Source de l’image : http://www.epochtimes.fr/comment-chimiques-artificiels-13758.html

A quelques jours de Pâques et ses œufs en chocolat, tentons une omelette venue d’ailleurs. Ce qu’on appelle encore des oeufs « artificiels » produits en Californie l’est aussi en Chine comme on a pu le voir sur des vidéos. Impossible de distinguer le vrai du faux, aussi bien dans le goût que l’apparence ! Et voici que dans les pays où la vidéo a été diffusée comme au Kazakhstan, la population craint que les oeufs chinois soient sur les marchés domestiques. Ce sont des substances chimiques et non organiques qui sont à la base de ces produits. Le ministre de l’Agriculture a démenti toute importation et il a même précisé que le pays exportait des oeufs en Chine, comme la Russie. Sans totalement convaincre.

Un autre produit est apparu, créé à partir de matières synthétiques dont des plastiques, un riz « synthétique » a fait son apparition sur le marché chinois. C’est Korea Times, média coréen, qui explique qu’en mélangeant des pommes de terre, des patates douces et des matières plastiques, on peut produire des grains de riz qui sont enrobés d’un produit aromatique lui donnant la saveur du riz Wuchang (un produit très cher).

On a trouvé ce riz sur les marchés d’Indonésie, d’Inde et du Vietnam, sans qu’on puisse en savoir plus par les autorités locales. Comment détecter le riz synthétique ? En cuisant, ils dégagent une odeur de plastique brûlé. En versant du riz dans de l’eau, le bon riz est dense et plonge au fond, le faux riz flotte… Et s’il est grillé, gare à l’odeur !

L’industrie alimentaire chinoise n’a pas encore les standards de qualité de celle de l’Europe occidentale. Lors des empoisonnements, les indemnités sont inexistantes, les responsables souvent évaporés dans la nature. En 2008, le lait contaminé à la mélamine avait causé la mort de bébés. Dans les raviolis en 2008, un pesticide (méthamildophos) avait une dose dépassant 10 000 fois ce qui était prescrit. Pire, les experts pensent que le pesticide avait été ajouté aux raviolis. De nombreux produits alimentaires chinois sont peu fiables.

15 000 personnes interrogées, selon Radio Chine internationale, ont, pour plus de la moitié d’entre elles, déclaré se méfier des produits de l’agroalimentaire chinois.

 

Bookmarquez le permalien.

FOOD 2.0 LAB : Articles récents

Les commentaires sont clos.

Les Français changent-ils leurs habitudes de petit-déjeuner ?

« Lever matin n’est point bonheur. Boire matin est le meilleur » (Rabelais)

Cuisine de l’été – Manger des huîtres ? Petite leçon d’écologie

Noma au Japon (2): de l’émotion culinaire à l’expérience cinéphile, une injonction à la créativité

Et pan sur la tomate !

Cuisine de l’été – Amertume du concombre. Petite leçon de physiologie végétale.

Into the Wild: la cuisine du (gros) gibier

Kebab, un plat mondialisé dont les Turcs sont fiers

Venise stoppe les fast food que le pape autorise au Vatican

Les Bretons pratiquent le « binge drinking »