Le Venezuela , privé de McDo

Dans l’un des pays du monde ou le célèbre hamburger coûte le moins cher, McDonald’s ne le vend plus en raison des difficultés d’approvisionnement. (Source : Libération, F.-X. Gomez)

La pénurie alimentaire au Venezuela aura eu au moins un effet positif : la multinationale McDonald’s a dû cesser d’y vendre son emblématique Big Mac. En raison du manque d’un seul élément du sandwich le plus vendu au monde : la tranche de pain intermédiaire qui sépare les deux steaks. La compagnie argentine Arcas Doradas, qui détient les franchises du fabricant américain pour toute la zone Amérique latine et Caraïbes, totalisant plus de 2 000 établissements, se heurte au même problème que tout le secteur commercial privé au Venezuela : les difficultés d’accès au dollar lui interdisent d’importer. Dans le cadre d’un contrôle des changes très strict, seul l’Etat a accès aux billets verts, qui proviennent à 96% de la vente de pétrole brut. Le cours du baril s’étant effondré, la manne s’est raréfiée, et les dollars disponibles sont réservés par la république bolivarienne au secteur public.

Ce n’est pas la première fois que la multinationale est victime de difficultés d’approvisionnement au Venezuela, où elle compte 140 restaurants. Pendant presque toute l’année 2015, McDo n’a pas proposé des frites dans ses menus, faute de pouvoir importer des pommes de terre précuites. Elles avaient été remplacées par des frites de manioc. Depuis décembre dernier, la marque s’approvisionne en patates locales, mais à un prix plus élevé. McDonald’s précise que seul le Big Mac n’est plus en rayon, tous les autres produits de sa gamme restant disponibles.

Inflation record

L’absence du Big Mac, si elle se prolonge, aura une conséquence inattendue : elle fera disparaître le Venezuela du fameux Big Mac Index, élaboré depuis 1986 par The Economist. Partant de l’idée que le même produit est présent dans 119 pays du monde, l’hebdomadaire britannique compare deux fois par an les prix et en tire des enseignements sur le pouvoir d’achat ou la valeur des monnaies.

Dans l’index publié en janvier, le Venezuela arrivait dernier de la liste, avec un Big Mac à 0,66 dollar, contre 4,79 dollars aux Etats-Unis et 4,21 dans la zone euro. Les chiffres ont été revus à la hausse en juillet, en raison de l’inflation galopante : si l’on en croit The Economist, le Big Mac était vendu 75 bolivares en juillet 2014, 132 un an plus tard et 2170 ce mois-ci, avant que la vente soit suspendue. Selon le FMI, l’inflation devrait atteindre 700% cette année au Venezuela, un record mondial.

Gilles Fumey est géographe de l’alimentation et dirige le Food 2.0 LAB avec Richard C. Delerins et Christophe Lavelle.


(Source de l’image)

Bookmarquez le permalien.

FOOD 2.0 LAB : Articles récents

Les commentaires sont clos.

Cuisine de l’été – Amertume du concombre. Petite leçon de physiologie végétale.

Drone café, drôle d’idée

Le réchauffement des océans… dans un verre d’eau !

A l’impossible, nul n’est tenu !

Manger Macron

Les fromages français au tribunal

La discothèque et l’oasis : Bad Hunter à Lausanne

Président : je suis un camembert qui ment

Stop ! Le bio n’est pas que pour les bobos

Haro sur Haribo !