Histoire du thé

 L’histoire du thé remonte dans le plus lointain passé de l’Asie ; légendes et histoires se mêlent pour raconter ses origines en Chine, plus de 2 000 ans avant J. C. Peu à peu, la préparation et la cérémonie du thé allaient s’élaborer dans des rites raffinés qui trouvèrent leur voie idéale dans le taoïsme chinois. Le Japon fut ensuite initié à ses délices et en fit un élément essentiel de sa culture. C’est seulement au XVIIe siècle que l’Europe découvre le thé quand les navires de la Compagnie des Indes orientales ramènent d’Extrême-Orient la précieuse denrée. Les Anglais font alors du thé leur boisson nationale et son commerce est une des bases de leur suprématie mondiale à l’époque des clippers. Tout un art de l’hospitalité se crée par le thé tandis que les plantations de l’Assam, fleuron de l’Empire des Indes, se développent dans le sang et les larmes : par dizaines de milliers, les coolies y furent massacrés. Tel fut le prix de l’expansion brutale d’une économie conquérante qui soutiendra le raffinement des salons victoriens. Boisson à l’histoire fabuleuse, par ses origines comme .par ses plus récents développements, le thé séduit toujours les imaginations par l’exotisme attaché à son nom. C’est aujourd’hui une boisson mondiale, un agent économique important, un art de vivre, et un des symboles du monde britannique.

Commander le livre
Food 2.0 LAB en partenariat avec Amazon

Du même auteur –

                       

Bookmarquez le permalien.

FOOD 2.0 LAB : Articles récents

Les commentaires sont clos.

Perrette a perdu son pot au lait

Quinoa, mon amour, ma détresse

Permis de végétaliser (3): la sémiotisation nourricière de nos villes

« Terra Madre, Salone del Gusto » la nouvelle politique alimentaire de Turin

Manger du poisson. Et l’épuisement des océans ?

Ces aliments dont le succès est une menace pour l’environnement

Le tourisme vers les savoir-faire agro-alimentaires

Retour du local : une légumerie en Ile-de-France

Riz synthétique et oeufs artificiels venus de Chine

Le fast casual, une révolution ?