La bête singulière : Les juifs, les chrétiens et le cochon

cochonD’où viennent les cochons ? En Europe, un récit répond à cette question : lors de sa visite sur terre pour annoncer la nouvelle Loi, le Christ métamorphosa des enfants qu’une mère lui avait cachés. Comme elle était juive, les porcs sont des petits juifs transformés. C’est pour cela que les juifs exècrent cet animal : ils redoutent de se manger eux-mêmes.

Les façons de l’élevage donnent corps à cette fable. Le cochon est un être paradoxal, un perpétuel nourrisson, mais aussi un ogre avide de la chair des enfants. Dans la maison, chacun à sa manière modèle cette mouvante nature et la mort affirme les partages nécessaires. On donne le sang aux autres, on cherche l’ultime trace juive, on offre à l’Église et aux morts un peu de cette chair qui fait les chrétiens. Quant aux juifs, qu’ils soient présents ou mis en scène, ils sont condamnés à revivre la métamorphose première et à chercher sans trêve les substituts de cette viande dont ils se sont privés. Le corps et le sang des enfants de chrétiens n’en sont-ils pas le plus parfait équivalent quand vient le moment de la Pâque ? Telle est la plus commune matrice de l’anti-judaïsme, tel est le système des représentations qui génère les plus agressives rumeurs. Elles sont inscrites dans le combat que tout chrétien doit mener pour se protéger de la menace, pour abandonner peu à peu la part juive originelle, pour faire passer tout le cochon dans son camp.

Mots Clé : religions, tabou alimentaire, porc, judaïsme, christianisme, islam

Commander le livre
Food 2.0 LAB en partenariat avec Amazon

Bookmarquez le permalien.

FOOD 2.0 LAB : Articles récents

Les commentaires sont clos.

L’excès au banquet ? Le cas du supra géorgien

Sushi : quand les Japonais s’invitent à nos tables

L’industrie aime les lapins à Pâques

Quand McDo attaque la ville de Florence

Traçabilité : l’origine France comme un avantage

« Cultures Alimentaires et Territoires » – Anthropology of Food (vient de paraître)

Des fourmis sur une crevette : René Redzepi et Noma au Japon

Michelin, étoiles et casseroles

New York, Big Apple l’ogresse

L’avenir agricole du «bon goût aveyronnais»