Histoire et identités alimentaires en Europe

histoireeurope  » Dis-moi ce que tu manges, je te dirai ce que tu es  » : la nourriture participe activement à la construction des identités religieuses, sociales, régionales ou nationales. Les pratiques culinaires se rencontrent, se confrontent et parfois s’affrontent.
Ce livre explore sur le long terme et dans toute l’Europe les identités qui se constituent, changent et se défont : comment le pudding devient-il anglais ? Pourquoi la France fabrique-t-elle des produits du terroir ? Quand la Belgique invente-t-elle une cuisine nationale ? Pourquoi Gaulois et Romains ne mangent-ils pas la même chose ? Pourquoi les Danois font-ils du porc un emblème patriotique ? Pourquoi musulmans et juifs refusent-ils de consommer ce même porc ? Autant de questions auxquelles les historiens de l’alimentation répondent en explorant les manuscrits culinaires du Moyen Age, les résultats de fouilles archéologiques ou en renouvelant la lecture des recettes de cuisine. Cette approche nouvelle de l’alimentation excite les papilles et donne à la mondialisation actuelle des repas une autre saveur.

Martin Bruegel est historien de l’alimentation, membre du Laboratoire Alimentation Sciences Sociales (ALISS) de l’INRA.

Bruno Laurioux est historien de l’alimentation spécialiste du Moyen age.

Commander le livre
Food 2.0 LAB en partenariat avec Amazon

 

Du même auteur –

       

Bookmarquez le permalien.

FOOD 2.0 LAB : Articles récents

Les commentaires sont clos.

Se battre contre le Roundup : les pétitions en ligne sont-elles la bonne idée ?

La gastrocosmétique de Kentucky Fried Chicken (KFC) : du vernis à ongles à lécher

La pizza, partout et en tous lieux

Michelin, étoiles et casseroles

« Food Coop » au-delà du film : défis urbains et aventures humaines

Le réchauffement des océans… dans un verre d’eau !

Quand McDo attaque la ville de Florence

Le burger bientôt classé à l’UNESCO ?

Cuisine de l’été – Amertume du concombre. Petite leçon de physiologie végétale.

L’avenir agricole du «bon goût aveyronnais»