La libération animale

liberationanimaleNotre attitude à l’égard des animaux est-elle correcte d’un point de vue éthique ? Faut-il étendre aux « bêtes sauvages' » la protection juridique (relative) que nous accordons aux animaux de compagnie ? L’évaluation morale de la souffrance des êtres vivants soulève de vraies questions philosophiques.

Aux Etats-Unis et en Allemagne, comme dans le reste du monde anglo-saxon, le livre de Peter Singer n’a cessé de susciter analyses et débats passionnés. Au centre de tous les colloques universitaires sur le droit des êtres non humains, il est aussi la référence obligée du « Mouvement de la libération animale ».

Les animaux souffrent. Comme nous. Ils ont donc des droits. Ce livre a changé notre regard sur les animaux. Il a déclenché le débat contemporain en éthique animale. Traduit dans une vingtaine de langues, il s’est vendu à plus d’un demi-million d’exemplaires.

« Singer ne se situe pas dans le registre de la rhétorique ou de l’émotionnel. Son argumentation ne s’appuie pas sur des opinions personnelles, des principes religieux ou des abstractions philosophiques, mais sur des positions morales sur lesquelles nous sommes en général tous d’accord. »
(New York Times Book Review)

Mots clé : Singer, éthique, bien-être animal, philosophie, controverse

Commander le livre
Food 2.0 LAB en partenariat avec Amazon

Du même auteur –

       

Bookmarquez le permalien.

FOOD 2.0 LAB : Articles récents

Les commentaires sont clos.

La Cité du Vin : carrefour et parcours d’interprétation libre

Parcours gourmands (1) : énonciations et médiations renouvelées

Légumineuses (1): approche communicationnelle de l’année internationale 2016

Le Chef : paradoxal héros des écrans ?

« Lever matin n’est point bonheur. Boire matin est le meilleur » (Rabelais)

L’art de « manger seul » (1/2) : mukbang et ASMR

Législation sur les semences : le fruit de vos « entraides » est béni.

Les délices de Tokyo

Le déjeuner sur l’Herbe : de la fécondité artificielle à la fertilité de la nature?

Découvrez la « soupe à tout » : une interview de Christophe Lavelle