Nourritures de migrants à Izmir

4772225_6_d526_le-restaurant-syrien-tenu-par-amar-venu_ee3eacd063335cb637c671a3632ddf56Comment les phénomènes migratoires, qu’ils soient permanents ou temporaires, influencent nos pratiques alimentaires ? Dans un contexte de mobilité généralisée, comment se reconfigurent les systèmes culinaires dont les territoires historiques d’expression ne cessent de voir leurs frontières se brouiller ? Les termes consacrés de cuisines nationales, régionales, voire locales, sont-ils encore pertinents pour étudier la dimension spatiale des pratiques alimentaires ? A Izmir, ville turque au profil démographique historiquement marqué par les flux migratoires, ces questions trouvent un terrain d’étude particulièrement riche : aux cultures migrantes albanaises, grecques, juives, turques « traditionnelles » s’associent aujourd’hui des migrations d’origine et de nature différentes (réfugiés africains et moyen-orientaux, touristes turcs ou étrangers, retraités européens, etc.) qui redéfinissent, chacune à leur manière mais en interaction permanente, le paysage alimentaire de la ville et de sa région.

Avec Pierre Raffard, géographe à l’université économique d’Izmir, chercheur affilié à l’ISCC et au Food 2.0 LAB.

Bookmarquez le permalien.

FOOD 2.0 LAB : Articles récents

Les commentaires sont clos.

L’art de “manger seul” (1/2) : mukbang et ASMR

Géopolitique du dégoût : Manger des insectes en Occident ?

L’art de “manger seul” (2/2) : eenmaal et mindful eating

Le déjeuner sur l’Herbe : de la fécondité artificielle à la fertilité de la nature?

“Matsutake”: le champignon de la fin du monde

Se battre contre le Roundup : les pétitions en ligne sont-elles la bonne idée ?

Cuisine française végétarienne : une affaire compliquée ?

Ananas : au nom du rose !

Plutôt crus ou cuits, vos tardigrades ?

Cuisine de l’été – Amertume du concombre. Petite leçon de physiologie végétale.