Libérez le goût : liberté et gastronomie

Ptrini 100_ C’est en 1989 que Carlo Petrini crée l’organisation,aujourd’hui internationale, Slow Food afin de contrer le phénomène du fast food et de la fast life.  Anciennement Arcigola (créée en 1986), l’organisation est née suite aux scandales du vin au méthanol en Italie ayant causé la mort de 23 personnes et ruiné la filière vinicole entrainant une chute des exportations de 37%.

Dans cet essai, l’auteur revient sur les origines de Slow Food et de Terra Madre (réseau né sous l’impulsion de Slow Food en 2004, rassemblant des membres actifs de la production alimentaire et des chaines de distributions afin de promouvoir l’agriculture, la pêche et la production alimentaire durables).
Slow Food se bat donc pour que les populations prennent conscience de la nourriture, de son goût, de sa provenance et de l’impact de notre alimentation sur la planète; des aliments “bons, propres et justes”: voici ce dont chacun doit prendre conscience.

Carlo Petrini revient ensuite sur le développement de Slow Food, aujourd’hui implanté dans plus 150 pays et comptant environ 100 000 membres rattachés à 1500 antennes réunies dans le monde entier. L’ouvrage s’attache enfin aux différents combats. “Parce que la nourriture est liberté”, à nous d’en prendre conscience et de faire de cette phrase une vérité.

Commander le livre
Food 2.0 LAB en partenariat avec Amazon

Du même auteur –

                       

Bookmarquez le permalien.

FOOD 2.0 LAB : Articles récents

Les commentaires sont clos.

“Matsutake”: le champignon de la fin du monde

Smart food Paris: promesses institutionnelles et jeunes pousses de la Foodtech

Cuisine de l’été – Le sel et l’eau de cuisson

Pain et fromage au menu de la semaine

Un poisson peut en cacher un autre !

“Emoji Burger” : fromage et esthétique des émotions !

Atlas de l’Alimentation

La gastrocosmétique de Kentucky Fried Chicken (KFC) : du vernis à ongles à lécher

L’exposition « Impression 3 D » à la rencontre des nouvelles pratiques culinaires

Permis de végétaliser (3): la sémiotisation nourricière de nos villes