Terra madre : renouer avec la chaîne vertueuse de l’alimentation

terra madre « Bon, propre et juste ! » Tel est depuis vingt-cinq ans le plaidoyer de Carlo Petrini, fondateur du mouvement Slow Food aujourd’hui présent dans plus de cent cinquante pays : permettre à toutes les générations d’accéder à une alimentation saine et diversifiée, valoriser la proximité et le lien direct entre producteur et consommateur, préserver le patrimoine naturel et gastronomique des régions, redonner une valeur et un juste prix aux aliments… Ambitieux et radical, ce programme aboutit en 2004 à la naissance de l’événement Terra Madre : venus du monde entier, paysans, producteurs, restaurateurs… se retrouvent par milliers tous les deux ans à Turin pour partager leurs expériences, leurs savoir-faire, leurs espérances. Autant de « communautés de la nourriture » qui oeuvrent partout dans le monde à maintenir ou recréer du lien social, des traditions, de la fraternité. Un réseau aussi modeste que puissant auquel chacun peut, à son niveau et à sa manière, contribuer. Traduit en plusieurs langues, best-seller en Italie, le livre de Carlo Petrini pose les bases de cette nouvelle approche – politique, dans le bon sens du terme – de la nourriture, alternative durable et à échelle humaine aux pseudo-solutions du modèle industriel dont nous connaissons, aujourd’hui, les impasses.

Commander le livre
Food 2.0 LAB en partenariat avec Amazon

Du même auteur –

                       

Bookmarquez le permalien.

FOOD 2.0 LAB : Articles récents

Les commentaires sont clos.

« Cultures Alimentaires et Territoires » – Anthropology of Food (vient de paraître)

« Terra Madre, Salone del Gusto » la nouvelle politique alimentaire de Turin

L’art de “manger seul” (2/2) : eenmaal et mindful eating

« Squid-ink Oyster Bao » : Une conversation avec Tracy Chang

L’obsésité, le diabète… et l’ours

Cantine scolaire : la révolution silencieuse ?

La quête de “l’œuf parfait”

Millennials : les nouveaux codes du vin rosé

Presbyosmie : humez tant qu’il est temps !

Réfugiés : la cuisine en partage