Omerta sur la viande : un témoin parle

omerta viande Éleveur, fils d’éleveurs, ingénieur agronome et ancien créateur de marchés bio à Paris, Pierre Hinard entre il y a dix ans dans une importante société d’abattage et de découpe de Loire-Atlantique qui sert tout le bottin de l’agroalimentaire, de McDonald’s à Flunch, d’Auchan à William Saurin. Un parcours exceptionnel et très spécialisé, des vertes prairies normandes aux steaks hachés en barquettes, via le monde secret des abattoirs.
Pierre Hinard, qui a longtemps voulu croire que la qualité et l’excellence pouvaient trouver leur chemin jusqu’aux rayons  des supermarchés, découvre les dessous pas très propres des « usines à viande » : des asticots dans la viande hachée, des pièces congelées, décongelées, recongelées, des analyses faussées, des dates truquées, du sang déversé dans les champs. Face à ces manquements, les services vétérinaires sont absents ou corrompus et les pouvoirs publics pour le moins… distraits. En bout de chaîne, des consommateurs lésés, méprisés et trop souvent malades.
Quand il lance l’alerte, Pierre Hinard est licencié et, cinq ans plus tard, rien n’a changé. Il décide aujourd’hui de raconter de l’intérieur les dérives d’un système qui méprise paysans et consommateurs. Il présente des documents inouïs, et révèle tout le circuit de l’empoisonnement ordinaire. Quelles conséquences pour nous, consommateurs ? Quelles sont les alternatives ?
Il propose des solutions concrètes pour trouver et consommer des produits de qualité. Que manger redevienne un plaisir.

Commander le livre
Food 2.0 LAB en partenariat avec Amazon

Bookmarquez le permalien.

FOOD 2.0 LAB : Articles récents

Les commentaires sont clos.

Vocabulaire culinaire : Comment dit-on “pâté en croûte” en japonais ?

Des fourmis sur une crevette : René Redzepi et Noma au Japon

Législation sur les semences : le fruit de vos « entraides » est béni.

Figures du Chef Cuisinier : l’éventail des possibles

A la rencontre des légumineuses (2) : l’Epicurium

La Cité du Vin : carrefour et parcours d’interprétation libre

“Millennials” : derrière la passion du rose !

Permis de végétaliser (3): la sémiotisation nourricière de nos villes

La course aux “saveurs”

“Lever matin n’est point bonheur. Boire matin est le meilleur” (Rabelais)