Le sang et la chair : Les abattoirs du pays de l’Adour

sang chair « Vous ne pourrez manger aucune bête crevée ». Notre société reste fidèle à l’interdit du Deutéronome et tue les animaux dont elle se nourrit. Mais tout procédé de mise à mort n’est pas accepté; il faut verser le sang pour pouvoir transformer le corps en substance consommable, en viande de « boucherie ». Or, de cette condition première du régime carné, nous ne voulons pourtant rien voir. Les sacrifices solennels, les célébrations festives, puis les tueries fonctionnant dans les villes ont fait place aujourd’hui à un abattage invisible, enclos dans des lieux appropriés, tenu à bonne distance. Cette récente séparation entre abattage et boucherie épargne à nos regards le geste fondateur du régime carné. Pourquoi donc faut-il verser le sang des bêtes pour pouvoir se nourrir de leur chair ? Et pourquoi cette nécessité offense-t-elle nos sensibilités, sans pourtant nous rendre végétariens ?

En observant des abattoirs du sud-ouest de la France, Noëlie Vialles, met en lumière l’existence d’un système complexe d’évitement et de dépassement du geste fatal. Son analyse montre comment les modalités de mise à mort et de préparation des animaux domestiques pour la consommation humaine mettent en jeu, bien au-delà de l’abattage, des représentations symboliques du sang, des hommes et des bêtes.

Sommaire :

  • Présentation 

Qu’est-ce que la viande ?

Délimitation théorique

Diversité concrète

  • Chapitre 1 : Non-lieu

De la confusion à la dissociation

Exil et euphémismes

La chair anonyme

  • Chapitre 2 : dépouiller la bête : les disjonctions

Dispositions réglementaires

Le ‘propre’ et le ‘souillé’

Abattre/habiller

Assommer/saigner

Tueurs/abatteurs

Le travail émietté

  • Chapitre 3 : dépouiller la bête : la patiente métamorphose

Un espace unique

« faire une bête »

désanimaliser

deux logiques, deux morales

un art récent ?

  • Chapitre 4 : le sang versé

La chair exsangue

Le sang visible

Déchet ou denrée ?

Le sang et le lait c’est pareil

L’odeur du sang

  • Chapitre 5 : hommes et bêtes

L’outil hiérarchisant

Femmes et couteaux

Le ‘piège’

L’inquiétante fraternité

Conclusion

 

Commander le livre
Food 2.0 LAB en partenariat avec Amazon

Bookmarquez le permalien.

FOOD 2.0 LAB : Articles récents

Les commentaires sont clos.

Réfugiés : la cuisine en partage

Figures du Chef Cuisinier : l’éventail des possibles

« Cultures Alimentaires et Territoires » – Anthropology of Food (vient de paraître)

Cantine scolaire : la révolution silencieuse ?

Noma au Japon (2): de l’émotion culinaire à l’expérience cinéphile, une injonction à la créativité

Presbyosmie : humez tant qu’il est temps !

Quoi de neuf au rayon emballage ?

Musique et Art culinaire : les rhapsodies du goût (2/3)

L’exposition « Impression 3 D » à la rencontre des nouvelles pratiques culinaires

L’art de “manger seul” (1/2) : mukbang et ASMR