Comfort food cities: Emotions, pratiques et politiques de l’alimentation urbaine

marche-paris-900x500Séminaire Penser l’alimentation de demain

Mardi 24 janvier à 17h à l’ISCC (20 rue Berbier-du-Mets 75013 Paris Métro 7 Les Gobelins)

La géographie anglo-saxonne développe le concept de “foodscape” (“paysage alimentaire”) ; il s’agit notamment de comprendre la façon dont nos pratiques alimentaires contribuent à dessiner ou à structurer la spatialité des villes. Marchés de quartier, cantines scolaires, banques alimentaires, fermes urbaines … sont autant de lieux qui nous conduisent à repenser les villes et les modes de sociabilité actuels. Par exemple, l’analyse de l’accès aux ressources alimentaires des populations urbaines précaires est essentiel pour comprendre les stratégies implicites d’exclusion au sein des villes. De façon générale, l’approche par les “foodscapes” permet de penser le “corps urbain” (la ville) à partir des pratiques du corps humain qui se nourrit.

L’approche par les “foodscapes” permet aussi de placer la théorie des affects (“affect theory”) au centre de l’analyse des dispositifs de sociabilité au cœur des villes. Dans cette perspective, la notion individuelle de “comfort food” (aliment-réconfort) peut être étendue à l’échelle même de la ville.  A travers plusieurs exemples pris à Vancouver et à Paris, Melora Koepke présentera les acquis les plus récents de la géographie urbaine des “foodscapes”.

Melora Koepke, Simon Fraser University, Vancouver, Canada, membre du Food 2.0 LAB.

food cities 2

Bookmarquez le permalien.

FOOD 2.0 LAB : Articles récents

Les ciseaux génétiques CRISPR/Cas9 tranchent dans la filière viande

La quête de “l’œuf parfait”

Permis de végétaliser (2) : de la ville verte à la ville vivrière

Géopolitique du dégoût : Manger des insectes en Occident ?

« Food Coop » au-delà du film : défis urbains et aventures humaines

Cuisine française végétarienne : une affaire compliquée ?

Musique et Art culinaire : les rhapsodies du goût (2/3)

Le Sandwich et le Sushi

L’obsésité, le diabète… et l’ours

La gastrocosmétique de Kentucky Fried Chicken (KFC) : du vernis à ongles à lécher