L’office et la bouche : Histoire des moeurs de la table en France 1300-1789

moeurs table france « Quoi, dira-t-on peut-être, encore un ouvrage sur la cuisine ? Depuis quelques années, le public est inondé d’un véritable déluge d’écrits de ce genre. »

Cette phrase n’est ni d’un chroniqueur gastronomique contemporain, ni d’un consommateur d’aujourd’hui… Elle est extraite du Manuel des officiers de bouche, publié en 1759, et illustre l’extraordinaire richesse de la vie culinaire de l’époque. Du Moyen Age à la Révolution française, l’art de la bouche connut en effet une évolution d’une extrême diversité. A l’office comme sur la table régnait l’imagination la plus subtile et la plus foisonnante.

C’est donc une histoire à la fois sensuelle et sociale de la France que, des grandioses banquets du XVe siècle aux soupers fins du XVIIIe, Barbara Ketcham Wheaton retrace ici, joignant l’exactitude du chercheur à la passion de l’amateur. Son ouvrage séduira l’historien comme le gourmet, qui y trouvera un certain nombre de recettes d’époque capables de satisfaire à la fois son palais et sa curiosité, recettes bourgeoises, tel le « boeuf miroton » (1746) ou étonnamment modernes, telle la « dinde aux framboises » (1654).

Mots clé : histoire, gastronomie, france, livre de recettes, moeurs, comportements alimentaires

Commander le livre
Food 2.0 LAB en partenariat avec Amazon

Bookmarquez le permalien.

FOOD 2.0 LAB : Articles récents

Les commentaires sont clos.

Se battre contre le Roundup : les pétitions en ligne sont-elles la bonne idée ?

Le tourisme vers les savoir-faire agro-alimentaires

Boire ou croquer, il faut choisir !

“Millennials” : derrière la passion du rose !

L’art de “manger seul” (2/2) : eenmaal et mindful eating

Petites et grandes leçons des dystopies alimentaires : l’Art de la table selon les « Cités Obscures »

Quoi de neuf au rayon emballage ?

« Cultures Alimentaires et Territoires » – Anthropology of Food (vient de paraître)

Smart food Paris: promesses institutionnelles et jeunes pousses de la Foodtech

Into the Wild: la cuisine du (gros) gibier