L’office et la bouche : Histoire des moeurs de la table en France 1300-1789

moeurs table france « Quoi, dira-t-on peut-être, encore un ouvrage sur la cuisine ? Depuis quelques années, le public est inondé d’un véritable déluge d’écrits de ce genre. »

Cette phrase n’est ni d’un chroniqueur gastronomique contemporain, ni d’un consommateur d’aujourd’hui… Elle est extraite du Manuel des officiers de bouche, publié en 1759, et illustre l’extraordinaire richesse de la vie culinaire de l’époque. Du Moyen Age à la Révolution française, l’art de la bouche connut en effet une évolution d’une extrême diversité. A l’office comme sur la table régnait l’imagination la plus subtile et la plus foisonnante.

C’est donc une histoire à la fois sensuelle et sociale de la France que, des grandioses banquets du XVe siècle aux soupers fins du XVIIIe, Barbara Ketcham Wheaton retrace ici, joignant l’exactitude du chercheur à la passion de l’amateur. Son ouvrage séduira l’historien comme le gourmet, qui y trouvera un certain nombre de recettes d’époque capables de satisfaire à la fois son palais et sa curiosité, recettes bourgeoises, tel le « boeuf miroton » (1746) ou étonnamment modernes, telle la « dinde aux framboises » (1654).

Mots clé : histoire, gastronomie, france, livre de recettes, moeurs, comportements alimentaires

Commander le livre
Food 2.0 LAB en partenariat avec Amazon

Bookmarquez le permalien.

FOOD 2.0 LAB : Articles récents

Les commentaires sont clos.

Petites et grandes leçons des dystopies alimentaires : l’Art de la table selon les « Cités Obscures »

Le Kebab, ce plat européen qui nous rassemble

Permis de végétaliser (3): la sémiotisation nourricière de nos villes

“Lever matin n’est point bonheur. Boire matin est le meilleur” (Rabelais)

Scandaleux bacon : cachez ce sein que je ne saurais voir !

Cuisine française végétarienne : une affaire compliquée ?

La quête de “l’œuf parfait”

Cuisine de l’été – Amertume du concombre. Petite leçon de physiologie végétale.

Ananas : au nom du rose !

Législation sur les semences : le fruit de vos « entraides » est béni.