Les métamorphoses du gras : Histoire de l’obésité du Moyen Age au XXe siècle

vigarellobesite Des formes luxuriantes des Vénus de Titien aux mannequins exsangues du XXIe siècle, de la valorisation des chairs à l’apologie de la maigreur, Georges Vigarello retrace la genèse de l’obsession contemporaine du corps mince et sain, libéré de la pesanteur du gras, et met au jour l’ancienneté de la préoccupation féminine de la minceur-sous de multiples formes au cours des âges.

Des gros en majesté, des gloutons méprisés jusqu’à la stigmatisation récente de l’obésité, la perception du gras n’a cessé d’évoluer: à l’origine symbole d’opulence, de puissance et de prestige, l’embonpoint est ensuite perçu comme un signe de relâchement autant physique que moral, et la société condamne aujourd’hui ce qui apparaît comme un échec inacceptable de la volonté. Le corps humain abrite et reflète les tensions sociales qui opposent pauvres et nantis, puissants et dominés, hommes et femmes… et tend à la société un miroir où forme(s) et poids se révèlent des repères essentiels de la civilisation occidentale.

A travers l’autopsie des corps adipeux, l’inventaire des techniques médicales d’amaigrissement, l’apparition progressive de la balance et des régimes, cette histoire inédite met en lumière la dictature de l’apparence, qui ne semble pas devoir un jour cesser.

Georges Vigarello est directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales et codirecteur du Centre Edgar-Morin. Il est spécialiste de l’histoire de l’hygiène, de la santé, des pratiques corporelles et des représentations du corps.

Mots-clé : obésité, minceur, histoire des mentalités, santé, beauté, régime alimentaire, comportement alimentaire

Commander le livre
Food 2.0 LAB en partenariat avec Amazon

Du même auteur –

                       

Bookmarquez le permalien.

FOOD 2.0 LAB : Articles récents

Les commentaires sont clos.

« Terra Madre, Salone del Gusto » la nouvelle politique alimentaire de Turin

Législation sur les semences : le fruit de vos « entraides » est béni.

La gastrocosmétique de Kentucky Fried Chicken (KFC) : du vernis à ongles à lécher

Presbyosmie : humez tant qu’il est temps !

Plutôt crus ou cuits, vos tardigrades ?

Boire ou croquer, il faut choisir !

Cuisine de l’été – Le sel et l’eau de cuisson

La Cité du Vin : carrefour et parcours d’interprétation libre

Scandaleux bacon : cachez ce sein que je ne saurais voir !

Manger ! au Forum des images (Paris), du 2 mars au 4 avril 2016