Entre la poire et le fromage : ou comment un proverbe peut raconter l’histoire

poire frometon  » Ne dis pas au paysan combien le fromage est bon avec les poires  » : le proverbe est célèbre dans toute l’Italie mais peu nombreux sont ceux à en connaître véritablement la signification. Voilà précisément l’objectif de Massimo Montanari. Il prend pour point de départ une apparente incohérence : comment donc un proverbe, texte issu directement de la culture populaire, peut-il exclure le paysan, représentant-même du peuple ? L’auteur part à la recherche d’indices à travers différents traités de diététique, recueils de proverbes, oeuvres littéraires et analyse chaque indication susceptible de le mettre sur la piste. Entre théories scientifiques, philosophiques et modes alimentaires, Massimo Montanari retrace toute une partie de l’histoire passionnante de l’alimentation. Puis, peu à peu, le mystère s’éclaircit. Loin d’être un simple dicton, ces quelques mots véhiculent une notion fondamentale pour l’histoire : la mainmise des classes dominantes sur le peuple. Et l’on voit ici combien celle-ci se traduisait jusque dans le contenu des assiettes. Le proverbe prend alors une toute autre dimension. Massimo Montanari entraîne le lecteur dans une enquête toute en surprises et en rebondissements, à travers l’univers de la gastronomie.

Commander le livre
Food 2.0 LAB en partenariat avec Amazon

Du même auteur –

                       

Bookmarquez le permalien.

FOOD 2.0 LAB : Articles récents

Les commentaires sont clos.

Réfugiés : la cuisine en partage

Presbyosmie : humez tant qu’il est temps !

Le Sandwich et le Sushi

Cuisine de l’été – Amertume du concombre. Petite leçon de physiologie végétale.

La gastrocosmétique de Kentucky Fried Chicken (KFC) : du vernis à ongles à lécher

« Roastbeef », « beefsteak », « bifteck » !

Musique et Art culinaire : les rhapsodies du goût (1/3)

« Emoji Burger » : fromage et esthétique des émotions !

Smart food Paris: promesses institutionnelles et jeunes pousses de la Foodtech

Petites et grandes leçons des dystopies alimentaires : l’Art de la table selon les « Cités Obscures »