Voir son steak comme un animal mort

Layout 1 La plupart des gens désirent le bien des animaux. Mais voilà: ils aiment aussi leur steak. C’est ce qu’on appelle le paradoxe de la viande. Nous ne voulons pas voir que ce que nous mangeons, c’est de l’animal mort.

De plus en plus de chercheurs expliquent ce phénomène de «dissonance cognitive» par des pratiques sociales et des croyances qui visent précisément à occulter la souffrance animale. Tout converge pour nous convaincre, depuis l’enfance, qu’il est normal, naturel et nécessaire de consommer des produits d’origine animale. Pourtant, dans les faits, rien n’est moins vrai – tant du point de vue de la santé que de l’éthique animale et environnementale.

Dans cet essai accessible et engagé, Martin Gibert propose une synthèse des débats contemporains sur le paradoxe de la viande. Ce faisant, il présente le véganisme, un mouvement moral et politique en pleine émergence qui lutte pour la justice animale, sociale et environnementale.

Sommaire :

Introduction
Chapitre 1: Le consensus en éthique animale
Chapitre 2: L’argument environnemental
Chapitre 3: Dissonance cognitive
Chapitre 4: Le véganisme est un humanisme
Conclusion: Une question de progrès moral

Commander le livre
Food 2.0 LAB en partenariat avec Amazon

Bookmarquez le permalien.

FOOD 2.0 LAB : Articles récents

Les commentaires sont clos.

Des fourmis sur une crevette : René Redzepi et Noma au Japon

Le déjeuner sur l’Herbe : de la fécondité artificielle à la fertilité de la nature?

Quoi de neuf au rayon emballage ?

L’exposition « Impression 3 D » à la rencontre des nouvelles pratiques culinaires

Quand la Californie veut inventer la Food 2.0

Permis de végétaliser (2) : de la ville verte à la ville vivrière

L’obsésité, le diabète… et l’ours

L’Alimentarium III : du musée physique au musée virtuel

Un poisson peut en cacher un autre !

Cuisine française végétarienne : une affaire compliquée ?