Richard C. Delerins   |  Chercheur - Enseignant


Richard C. Delerins

Richard C. Delerins est anthropologue. Ses travaux actuels portent sur comportements alimentaires et l’économie du corps : en particulier les relations entre valorisation du corps et « stratégies nutritives » en France, aux Etats-Unis et en Asie du nord-est (Chine, Corée du Sud, Japon).  Ses recherches qui intègrent la génomique, le big data, et les algorithmes éclairent les fondements de l’économie du « mieux-être » : notamment la convergence « beauté, alimentation, santé », et en particulier, les nouvelles pratiques corporelles et les comportements de consommation des années à venir. Richard C. Delerins a reçu pour ses travaux de recherche le Prix Nivea du CNRS.

Richard C. Delerins explore la façon dont la génomique, les algorithmes et le Big data transforment les pratiques alimentaires et sociales (conception des nouveaux produits/services). Ses récentes recherches de terrain portent également sur les comportements de consommation des « millennials ».

Richard C. Delerins est Docteur en philosophie (Panthéon-Sorbonne) et ancien élève de l’EHESS, de l’ESSEC et de l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA Anderson School ). Il enseigne en France et aux Etats-Unis.

Publications universitaires récentes :

Articles de presse récents :

Thèmes de recherche

  • Comportements alimentaires
  • Nutrition, génétique, épigénétique
  • Food tech, innovation, produits
  • Ethique, environnement, bien-être animal
Bookmarquez le permalien.

FOOD 2.0 LAB : Articles récents

Les commentaires sont clos.

Haro sur Haribo !

La gastrocosmétique de Kentucky Fried Chicken (KFC) : du vernis à ongles à lécher

Pique-nique chez Édouard Manet

L’Alimentarium III : du musée physique au musée virtuel

« Food Coop » au-delà du film : défis urbains et aventures humaines

Des fourmis sur une crevette : René Redzepi et Noma au Japon

L’excès au banquet ? Le cas du supra géorgien

Colomba et chocolats : Pâques à manger

Les illusions des restaurants d’entreprise

Le goûter, un repas de plus pour les Français ?