Richard C. Delerins   |  Chercheur - Enseignant


Richard C. Delerins est anthropologue. Ses travaux actuels portent sur comportements alimentaires et l’économie du corps : en particulier les relations entre valorisation du corps et « stratégies nutritives » en France, aux Etats-Unis et en Asie du nord-est (Chine, Corée du Sud, Japon).  Ses recherches qui intègrent la génomique, le big data, et les algorithmes éclairent les fondements de l’économie du « mieux-être » : notamment la convergence « beauté, alimentation, santé », et en particulier, les nouvelles pratiques corporelles et les comportements de consommation des années à venir. Richard C. Delerins a reçu pour ses travaux de recherche le Prix Nivea du CNRS.

Richard C. Delerins explore la façon dont la génomique, les algorithmes et le Big data transforment les pratiques alimentaires et sociales (conception des nouveaux produits/services). Ses récentes recherches de terrain portent également sur les comportements de consommation des « millennials ».

Richard C. Delerins est Docteur en philosophie (Panthéon-Sorbonne) et ancien élève de l’EHESS, de l’ESSEC et de l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA Anderson School ). Il enseigne en France et aux Etats-Unis.

Publications universitaires récentes :

Articles de presse récents :

Thèmes de recherche

  • Comportements alimentaires
  • Nutrition, génétique, épigénétique
  • Food tech, innovation, produits
  • Ethique, environnement, bien-être animal
Bookmarquez le permalien.

FOOD 2.0 LAB : Articles récents

Les commentaires sont clos.

Plutôt crus ou cuits, vos tardigrades ?

Musique et Art culinaire : les rhapsodies du goût (1/3)

A la rencontre des légumineuses (2) : l’Epicurium

Cuisine de l’été – Manger des huîtres ? Petite leçon d’écologie

Musique et Art culinaire : les rhapsodies du goût (3/3)

Zone de guerre et vie sur Mars : imprimante alimentaire 3D et survie en espace hostile

La Cité du Vin : carrefour et parcours d’interprétation libre

Se battre contre le Roundup : les pétitions en ligne sont-elles la bonne idée ?

Figures du Chef Cuisinier : l’éventail des possibles

« Terra Madre, Salone del Gusto » la nouvelle politique alimentaire de Turin