Manger local, manger global : L’alimentation géographique

fumey local Sushis, nems, pizza, kebab, couscous, pisco, bretzel, cappuccino, paella… Autant de plats, autant de cultures, autant de pratiques alimentaires qui racontent le monde tel qu’il va et construisent une part de notre identité. À l’heure de la globalisation, pourtant, la diffusion des mets et des saveurs à l’échelle mondiale tend à modifier nos habitudes culinaires. En réaction à ce mouvement mondial, de nouvelles appartenances culturelles, fortement marquées par le « local », ne sont-elles pas en phase de construction ?

En répondant à ces questions, et à beaucoup d’autres, Gilles Fumey montre que la géographie est une propriété fondamentale de notre alimentation et insiste sur quatre opérateurs : la nature, le paysage, le terroir et la ville.

Cosmopolite, éthique et esthétique, l’alimentation géographique propose une solution innovante et ambitieuse aux crises de subsistance qui creusent l’antagonisme entre pays pauvres et pays riches. Car elle nourrit la gastronomie qui reste une source de créativité et, finalement, de liberté.

Gilles Fumey est professeur de géographie culturelle à l’Université Paris Sorbonne – il est également responsable du Food 2.0 LAB et du Pôle Alimentation, risques et santé à l’ISCC (CNRS)

 

Commander le livre
Food 2.0 LAB en partenariat avec Amazon

Du même auteur –

                       

Bookmarquez le permalien.

FOOD 2.0 LAB : Articles récents

Les commentaires sont clos.

Les ciseaux génétiques CRISPR/Cas9 tranchent dans la filière viande

La discothèque et l’oasis : Bad Hunter à Lausanne

Sur la table, un drôle de couvert

Se battre contre le Roundup : les pétitions en ligne sont-elles la bonne idée ?

L’avenir agricole du «bon goût aveyronnais»

L’excès au banquet ? Le cas du supra géorgien

L’industrie aime les lapins à Pâques

L’exposition « Impression 3 D » à la rencontre des nouvelles pratiques culinaires

Pourquoi l’humanité est-elle carnivore ? Le Food 2.0 LAB a invité Florence Burgat

Les Français mangent mal : pourquoi donc ?