Manger local, manger global : L’alimentation géographique

fumey local Sushis, nems, pizza, kebab, couscous, pisco, bretzel, cappuccino, paella… Autant de plats, autant de cultures, autant de pratiques alimentaires qui racontent le monde tel qu’il va et construisent une part de notre identité. À l’heure de la globalisation, pourtant, la diffusion des mets et des saveurs à l’échelle mondiale tend à modifier nos habitudes culinaires. En réaction à ce mouvement mondial, de nouvelles appartenances culturelles, fortement marquées par le « local », ne sont-elles pas en phase de construction ?

En répondant à ces questions, et à beaucoup d’autres, Gilles Fumey montre que la géographie est une propriété fondamentale de notre alimentation et insiste sur quatre opérateurs : la nature, le paysage, le terroir et la ville.

Cosmopolite, éthique et esthétique, l’alimentation géographique propose une solution innovante et ambitieuse aux crises de subsistance qui creusent l’antagonisme entre pays pauvres et pays riches. Car elle nourrit la gastronomie qui reste une source de créativité et, finalement, de liberté.

Gilles Fumey est professeur de géographie culturelle à l’Université Paris Sorbonne – il est également responsable du Food 2.0 LAB et du Pôle Alimentation, risques et santé à l’ISCC (CNRS)

 

Commander le livre
Food 2.0 LAB en partenariat avec Amazon

Du même auteur –

                       

Bookmarquez le permalien.

FOOD 2.0 LAB : Articles récents

Les commentaires sont clos.

« Food Coop » au-delà du film : défis urbains et aventures humaines

L’art de “manger seul” (1/2) : mukbang et ASMR

« Cultures Alimentaires et Territoires » – Anthropology of Food (vient de paraître)

Cuisine française végétarienne : une affaire compliquée ?

Atlas de l’Alimentation

La Cité du Vin : carrefour et parcours d’interprétation libre

“Roastbeef”, “beefsteak”, “bifteck” !

Plutôt crus ou cuits, vos tardigrades ?

Urbainculteurs (1) : avez-vous votre “permis de végétaliser” ?

Noma au Japon (2): de l’émotion culinaire à l’expérience cinéphile, une injonction à la créativité