Les jardins d’Adonis : la mythologie des aromates en Grèce

adonis Quelle histoire ! Séducteur, né d’un arbre à myrrhe, jeune homme à semence foisonnante, Adonis, par excès de puissance sexuelle, est condamné à l’impuissance : il est voué aux laitues, plantes froides et humides, qui passent pour être une nourriture de morts et un anti-aphrodisiaque. Ses fameux “jardins” ne sont pas davantage des charmes destinés à réveiller la fertilité de la terre ; ce sont des cultures sans fruits, des jardins stériles, transportés sur les toits, où l’éclat du soleil caniculaire les fait pousser jusqu’au vert en quelques jours et, sans transition, les dessèche sur pied.
Ce jardin frivole qui consiste à faire rôtir par Sirius certaines espèces horticoles et céréalières (fenouil, blé, orge, laitue) va de pair avec une fête où le dévergondage des femmes s’autorise des relations d’amant à maîtresse qui s’établissent entre Adonis et Aphrodite. Les aromates provoquent une véritable perversion de la “vie cultivée”, aussi bien de la culture des plantes que des relations conjugales.
Sommaire :
Les parfums de l’Arabie
Le bœuf aux aromates
De la myrrhe à la laitue
Les malheurs de la menthe
La semence d’Adonis
La laitue de Pythgore
Mots clé : histoire, aromates, aphrodisiaque, grèce antique, mythologie

Commander le livre
Food 2.0 LAB en partenariat avec Amazon

Du même auteur –

                       

Bookmarquez le permalien.

FOOD 2.0 LAB : Articles récents

Les commentaires sont clos.

Musique et Art culinaire : les rhapsodies du goût (1/3)

“Lever matin n’est point bonheur. Boire matin est le meilleur” (Rabelais)

La quête de “l’œuf parfait”

Smart food Paris: promesses institutionnelles et jeunes pousses de la Foodtech

“Matsutake”: le champignon de la fin du monde

Les ciseaux génétiques CRISPR/Cas9 tranchent dans la filière viande

L’exposition « Impression 3 D » à la rencontre des nouvelles pratiques culinaires

Réfugiés : la cuisine en partage

Urbainculteurs (1) : avez-vous votre “permis de végétaliser” ?

L’Alimentarium III : du musée physique au musée virtuel